Badr Bellaj, blocs en stock

A 34 ans, Badr Bellaj partage son temps entre le Maroc et l’Angleterre. A travers Mchain, il développe des solutions visant à sécuriser les transactions financières. Outre le business, ce féru de nouvelles technologies use de sa plume pour vulgariser les chaînes de blocs.

Par

Les cybercafés pour faire ses gammes

Né à Safi dans une famille modeste, Badr Bellaj n’était pas prédestiné à devenir un acteur de l’économie de la connaissance. C’est, en effet, loin de la “start-up nation” qu’il entame son parcours. “Il n’y avait même pas de téléphone à la maison”, se souvient-il. Dans sa famille, les maths étaient sacralisées et, très tôt, il est atteint par le “virus” informatique.

“La première fois que j’ai touché un PC, c’était en 1997. Cet engin m’est apparu tel un monstre imposant”

Badr Bellaj, Machain
C’est dans les cybercafés safiotes qu’il fait ses gammes. “La première fois que j’ai touché un PC, c’était en 1997. Cet engin m’est apparu tel un monstre imposant”. Baccalauréat en sciences mathématiques en poche en 2003, il intègre…

article suivant

Administration Biden : quelles conséquences pour les relations Maroc–États-Unis ?