Le Lesotho retire sa reconnaissance de la RASD

Le Lesotho a fait part le 4 octobre de son intention de soutenir “activement le processus politique mené par les Nations Unies” sur la question du Sahara.

Par

Le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita avec son homologue du Lesotho.

Traditionnel soutien du Front Polisario, le Lesotho serait-il prêt à changer de bord sur la question du Sahara ? C’est ce que laisse penser une note verbale, publiée ce 4 octobre par son ministère des Affaires étrangères, faisant part de son intention “suspendre toutes déclarations ou décisions se rapportant au statut du Sahara occidental et à la République arabe sahraouie démocratique (Rasd)”.

Si la note évoque le souhait d’adopter une “neutralité positive” sur ce dossier, ce Royaume d’Afrique australe s’est également engagé à soutenir “activement le processus politique mené par les Nations Unies”. La diplomatie marocaine milite activement pour que les pays membres de l’Union africaine adoptent une telle position.

Ce revirement du Lesotho est d’autant plus marquant qu’il concerne un soutien historique du Polisario. Ce Royaume, enclavé dans l’Afrique du sud, reconnaissait l’entité depuis le 9 octobre 1985. Membre de la SADC, la Communauté de développement de l’Afrique australe, il partage d’habitude les mêmes vues que Prétoria et Alger sur la question.

Ce revirement survient quelques heures après un échange téléphonique entre le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita et son homologue du Lesotho, Lesego Makgothi. Un entretien qui a concerné “les relations bilatérales entre les deux pays et les voies et moyens pour les développer, notamment en levant les obstacles qui ont pu compromettre leur qualité par le passé, dont la position du Lesotho sur la question de l’intégrité territoriale du Maroc.

Le revirement du Lesotho intervient aussi quelques mois après l’arrivée de l’ambassadeur Youssef El Amrani à Pretoria. Le premier ambassadeur marocain en Afrique du Sud depuis 2004 couvre également le Lesotho.

Le 16 juillet dernier, le ministre délégué chargé de la Coopération africaine, Mohcine Jazouli, avait reçu une délégation présentée comme “sud-africaine”, mais composée d’institutionnels d’Afrique du Sud, du Nigéria, du Lesotho et du Kenya. Pour Mohcine Jazouli, contacté à ce moment par TelQuel, l’objectif était de “renforcer la diplomatie économique marocaine et montrer à ces personnalités venues d’Afrique australe et d’Afrique de l’Ouest, le Maroc avec tout ce qu’il compte comme infrastructures”. Le Lesotho était alors représenté par son ministre des Finances, Moeketsi Majoro.

Avec cette nouvelle position, le Lesotho emboite ainsi le pas à la Zambie, autre pays d’Afrique australe à avoir confirmé le retrait de sa reconnaissance du Polisario.

Pendant que vous êtes là…

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Adel Ourabah : “Le pouvoir algérien cherche à pérenniser le système avec un ravalement de façade”