Mezouar ira-t-il au bout de son mandat?

Ahmed Rahhou, Hammad Kassal, Fadel Agoumi, Faïçal Mekouar... à la CGEM, la liste des démissions s’allonge, et chaque nouveau départ affaiblit un peu plus son président, Salaheddine Mezouar, critiqué pour ses méthodes de gouvernance et son manque de résultats. Ce n’est pas pour autant qu’il entend changer de méthode.

Par

“J’ai pris un engagement en me présentant à la CGEM, ce n’est pas pour abandonner en cours de route”, affirme Mezouar, visiblement marqué et ému par les épreuves de cette première année de mandat. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Lors du dernier conseil d’administration de la CGEM, le 21 mars à Casablanca, le premier siégeait à droite, le deuxième à gauche du président Salaheddine Mezouar. Lors du prochain conclave du patronat, ils n’y seront pas. Le 16 juillet, Fadel Agoumi, directeur général délégué de la CGEM depuis sept ans, a en effet annoncé son “départ de l’institution” dans un courriel adressé à ses proches. Le lendemain, Faïçal Mekouar, vice-président général de la CGEM et colistier de Mezouar, présentait sa démission après quelques atermoiements. Pour beaucoup, c’est l’hécatombe. Pour Mezouar, “c’est le fonctionnement normal d’une organisation”. Le président Mezouar entouré de son vice-président général Faïçal Mekouar et de son directeur général délégué Fadel Agoumi, lors du conseil d’administration de la…

article suivant

Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc