Mokhtar Chaoui: “Les professeurs universitaires sont devenus des épiciers”

DR

Smyet bak ?

Ahmed.

Smyet mok ?

Khadija.

Nimirou d’la carte ?

Vous me posez une colle…

Vous venez de sortir un roman intitulé ‘L’Amour est paradis’ aux éditions Virgule. Il n’est toujours pas distribué, pourquoi ?

Les règles ont visiblement changé. Mon éditeur m’a expliqué que pour avoir les livres, ce sont les libraires intéressés qui doivent dorénavant passer commande auprès de Sochepress. Ce n’était pas le cas avant, la distribution se faisait sans commande, donc ça pose un grand problème.

Dans ce livre, vous dites que “ la seule façon de sauver l’humanité est de s’aimer ”. Ce postulat n’est-il pas un peu bisounours ?

Quand on parle d’amour dans un monde comme le nôtre, il est évident que ça peut paraître bisounours, mais je pense qu’on n’a pas le choix. Et il ne faut pas non plus s’arrêter à la compréhension primaire de l’amour. Pour moi, l’amour, ça va au-delà du rapport passionnel entre deux personnes. D’ailleurs, dans le livre, le mot amour questionne les rapports humains, l’acceptation de l’autre, la tolérance…

Et vous croyez…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés