Addictologie: Un an aprĂšs son inauguration, le pĂŽle social du centre de Sidi Moumen encore sous cloche

Le centre d’addictologie de Sidi Moumen a ouvert en mai 2018. Un an aprĂšs l’inauguration royale, TelQuel est allĂ© y prendre la tempĂ©rature. Si la partie mĂ©dicale, gĂ©rĂ©e par le ministĂšre de la SantĂ©, est active, les suivis psychologiques sont quasi inexistants, et l’ensemble des piĂšces qui leur sont dĂ©diĂ©es, dĂ©sertes.

Par

Le service social du centre de Sidi Moumen est fantomatique. TelQuel s’y est rendu à trois reprises, sans jamais croiser aucun patient. CrĂ©dit: Yassine Toumi

En 2018, le roi inaugure le centre d’addictologie de Sidi Moumen construit par la Fondation Mohammed V pour la solidaritĂ© dans le quartier d’Attacharouk, en rĂ©gion casablancaise. Un an plus tard, ses promesses ne sont pas encore tenues. Le centre mĂ©dico-social devait innover par la force de son accompagnement social dans le sevrage des patients. Pour ce faire, la Fondation a investi prĂšs de sept millions de dirhams dans sa construction, et l’ensemble des services proposĂ©s devaient ĂȘtre gratuits. TelQuel s’est rendu sur place Ă  trois reprises, une premiĂšre fois guidĂ© par un reprĂ©sentant officiel, puis Ă  l’improviste. Les intentions du centre s’inscrivent dans le Programme national de lutte contre les conduites addictives, initiĂ© en 2010. Au-delĂ  du suivi strictement mĂ©dical du patient, sont prĂ©vus la “prĂ©vention, sensibilisation, rĂ©duction…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • AccĂ©dez Ă  tous les contenus de TelQuel en illimitĂ©
  • Lisez le magazine en numĂ©rique avant sa sortie en kiosque
  • AccĂ©dez Ă  plus de 900 numĂ©ros de TelQuel numĂ©risĂ©s