Les Almoravides, moines guerriers de l’islam

Au XIe siècle, l’empire des Almoravides règne sur le Maroc et l’Andalousie. Guidée par son chef Youssef Ibn Tachfine, la dynastie des moines-soldats a porté le fer et la foi sur un territoire de 700 000 kilomètres carrés. Mais qui étaient réellement ces Templiers de l’islam qui ont tenté l’unité à partir de l’ouest ?

Par et

La bataille de Zellaqa (1086) en Espagne, entre les troupes du général almoravide Youssef Ibn Tachfine et celles du roi de Castille Alphonse VI, constitue le point d’orgue à la fois militaire et spirituel de l'épopée al-Mûrabitûn. Crédit: DR

Réduire la dynastie des Almoravides à la seule figure tutélaire d’Ibn Tachfine, c’est vite aller en besogne. Le règne d’al-Mûrabitûn recouvre grosso modo le Xe et XIe siècles (Ve siècle de l’Hégire). Une période confuse où “Dar al-islam”, de la Perse au Maghreb, connaît des temps difficiles. Avec le califat abbasside, fanal de la oumma, sur le déclin, les velléités régionales prennent le dessus, et la paix civile – pour utiliser une expression contemporaine – s’en trouve amoindrie. Dans le Maghreb, la jeune dynastie idrisside se déchire entre la dizaine de fils d’Idriss II jusqu’en 974 (363 de l’Hégire), quand le dernier émir en fuite est vaincu dans la région de Tanger.

L’alliance de l’émir et de l’imam

C’est dans ce contexte de vacuité de…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré