Niches fiscales: à qui profite la prime?

Trois économistes livrent leurs analyses sur la reconduction des niches fiscales. Sommes-nous face à un phénomène qui avantage les rentes ou au contraire nécessaire à la bonne marche du système fiscal ? Éléments de réponse.

Par

L’immobilier est le secteur qui bénéficie le plus des niches fiscales. Crédit: DR

Zones franches, exonérations d’impôt, facilités de trésorerie… les niches fiscales se retrouvent dans tous les secteurs d’activité de l’économie marocaine. En 2018, les dispenses partielles ou totales d’impôt aux entreprises se chiffraient à 29 milliards de dirhams, d’après les statistiques de la Direction générale des impôts (DGI). Ces avantages, dont le montant est relativement stable depuis vingt ans, ne profitent pas à tous les secteurs d’activité (voir infographie). Aujourd’hui, certaines voix s’élèvent pour interroger l’efficacité réelle des niches fiscales. Ont-elles permis de créer plus d’emplois ? Profitent-elles réellement aux ménages ? L’activité économique nationale en tire-t-elle un bénéfice? Ces questions sont d’autant plus légitimes que, une fois votées, ces exonérations d’impôt sont généralement gravées dans le marbre. En effet, sur les quelque 400 mesures d’incitations fiscales actuellement en vigueur au Maroc, seulement 8 sont limitées dans le…

article suivant

“Nous l’attendions depuis tellement longtemps” : le judaïsme marocain désormais enseigné dans les manuels d’histoire