Islam inclusif: Parfum de révolution

Une mosquée pour tous, qu’importe le genre, l’orientation sexuelle ou l’obédience. Alors qu’Emmanuel Macron avait annoncé une restructuration de l’islam de France en 2018, maintes fois claironnée, sans cesse repoussée, deux projets de mosquées iconoclastes pourraient ouvrir leurs portes à Paris avant la fin de l’année.

Par

Amina Wadud, professeure d’études islamiques à la Virginia Commonwealth University, conduit des hommes et des femmes à la prière, le 18 mars 2005 à la Synod House de la cathédrale Saint-Jean-le-Divin de New York. Crédit: AFP

Dans les mosquées Fatima et Sîmorgh, le prêche se fera parfois par un homme, parfois par une femme, dans une salle de prière mixte. Encore en esquisse, ces deux futurs lieux de culte cherchent des locaux dans la région parisienne ; des financements aussi. Mais, déjà, les mosquées Fatima et Sîmorgh, qualifiées tantôt d’inclusives, tantôt de libérales ou de progressistes, agitent le paysage médiatique français, sur fond de réforme de l’islam annoncée par le gouvernement en novembre 2018. “Notre projet s’inscrit dans une relecture, voire une refonte à double détente. Une relecture de la théologie spéculative (kalam), d’une part. Et de l’autre, une refonte de la théologie pratique (fiqh)”, déclare Faker Korchane, journaliste indépendant et fondateur de l’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite, un courant rationaliste des premiers siècles.

“Rien n’interdit l’imamat…

article suivant

[EXCLUSIF] 16 milliards de dirhams pour relancer le tourisme ?