Anas Doukkali: “Le roi nous a rappelés à nos obligations”

Couverture sociale universelle, veille sanitaire, désengagement du privé, polémique sur l’accouchement par césarienne… nous avons pris le pouls sur l’actualité brûlante du domaine médical auprès du ministre Anas Doukkali, engagé dans une réforme du système de santé marocain.

Par

Anas Doukkali, ancien ministre de la Santé, ancien PPS. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Depuis plus d’un an qu’il est en fonction, le ministre de la Santé, Anas Doukkali, assure n’avoir pas perdu de temps alors qu’il effectuait ses premiers pas au gouvernement, le 22 janvier 2018. Son principal chantier: élargir la couverture sociale universelle à la quasi-intégralité des Marocains. Pressé par le roi Mohammed VI qui a demandé, lors de la Journée mondiale de la santé, l’accélération de ce vaste projet. Au-delà, et dans le cadre de la vision 2025 du plan de santé, Anas Doukkali commence à “esquisser une réflexion sur l’hôpital de demain”, nous confie-t-il. Un établissement qui se voudra davantage “autonome”, “ouvert sur son environnement” et “constitué en réseaux avec les autres structures de première ligne”.

Vous avez tenu une réunion le 24 avril avec la CNOPS et les représentants des gynécologues concernant le…

article suivant

13 août : 28 morts et 1.261 nouveau cas de contamination au coronavirus