Algérie- Soudan: Un souffle de printemps vert kaki ?

Cheville essentielle des pouvoirs dans la quasi-totalité du monde arabe, l’armée semble jouer un double jeu en Algérie et au Soudan. Si elle dit soutenir le peuple dans son élan révolutionnaire, elle est également garante de la stabilité 
des systèmes qu’elle incarne.

Par

Des membres de l'armée soudanaise se sont rassemblés dans une rue du centre de Khartoum le 11 avril 2019, après avoir renversé Omar el-Béchir, l'un des plus anciens présidents d'Afrique. Crédit: AFP

Scrutés de près par l’ensemble de la communauté internationale, les derniers évènements au Soudan et en Algérie laissent présager un nouveau printemps arabe. Autant qu’ils questionnent sur la place de l’armée dans leurs processus. Si les révoltes ne sont que peu similaires, les institutions militaires ont lâché coup sur coup l’ex-président algérien Bouteflika, “démissionné” le 2 avril, et le président soudanais, Omar el-Béchir, le 10 avril.

à lire aussi

Pour ce dernier, la symbolique militaire y est forte. L’esplanade du quartier général de l’armée, à Khartoum, s’est transformée les 7 et 9 avril en théâtre d’un affrontement inédit entre les deux principales organisations militaires du pays. L’armée régulière a rallié le camp des manifestants, allant jusqu’à ouvrir le feu contre le NISS (National intelligence and security service), créé par el-Béchir. Ces puissantes forces spéciales de renseignement soudanais avaient reçu l’ordre de disperser…

article suivant

Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc