Affaire Calvin: Quand le dopage dans l'athlétisme français éclabousse le Maroc

Quelques jours après un stage de préparation à Ifrane, l’athlète française Clémence Calvin a refusé fin mars de se soumettre à un contrôle antidopage à Marrakech puis a été suspendue par l’Agence antidopage française. Dans la foulée, le quotidien Le Monde publie une enquête qui érige la ville du Moyen-Atlas en “plaque tournante du dopage”. Un responsable de l'athlétisme marocain réagit à ces accusations pour TelQuel. 

Par

Clemence Calvin franchit la ligne d'arrivée du marathon des Championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin en deuxième position, en aout 2018. Crédit: Andrej ISAKOVIC / AFP

Depuis fin mars, “l’affaire Clémence Calvin” fait jaser le milieu de l’athlétisme français. La marathonienne, qui a récemment effectué un stage de préparation à Ifrane est soupçonnée d’avoir esquivé un contrôle antidopage après avoir pris quelques jours de repos à Marrakech avec son conjoint, Samir Dahmani, qui est également athlète professionnel. Le mardi 9 avril, Le Monde a publié une enquête qui pointe du doigt Ifrane, une ville prisée par les athlètes du monde entier, pour leurs stages de préparation, recherchant notamment l’“altitude qui permet de faire grimper naturellement l’hématocrite, le taux de globules rouges dans le sang, précieux pour les sports d’endurance”. Le quotidien décrit la ville du Moyen-Atlas comme…

article suivant

Sahara, rapprochement Maroc-Israël, liens Rabat-Washington: les dernières confidences de David Fischer