Cheikha Nur : “Nous nous éloignons de l'essence de l'islam”

Dans cet entretien exclusif, la cheikha Hayat Nur Artiran,  maître de l'ordre Mevlevi, aborde successivement les questions du statut de la femme dans l'islam, de la difficile adaptation des musulmans à la modernité, ou encore de la juste interprétation du Coran.

Par

A gauche, des derviches tourneurs à Konya. A droite, Cheikha Nur Artiran, maître de l'ordre Mevlevi. Crédit: Ali Berrada / Nur Artiran / TelQuel

On raconte que, ce jour de 1273 où mourut Jalâl al-Dîn Rûmî à Konya (en Turquie), les habitants, juifs, chrétiens et musulmans, affluèrent des quatre coins de la ville pour venir pleurer sur le tombeau du saint homme. Poète incomparable, mystique parmi les mystiques, Rûmî a laissé derrière lui une oeuvre abondante parmi les plus lues au monde. Le Masnavi, son chef-d’œuvre, est une collection de contes spirituels et symboliques. Au sein de l’ordre des Mevlevi, les disciples de Rûmî s’échinent, depuis sept cents ans, à en pénétrer le sens sous la direction d’un maître. Et, fait rare, c’est une femme qui depuis 2005 est à la tête de l’ordre. Des cheveux bruns, coupés court, qui encadre son visage blanc, une voix caressante qu’elle allie à des gestes amples: il ne vous saute pas immédiatement aux yeux que la…

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité