#WorldBankWomen : La Toile se mobilise pour la nomination d'une femme à la tête de la Banque mondiale

Suite à la démission surprise du président de la Banque mondiale, Kim Yong Kim, en janvier dernier, un mouvement féminin mondial a pris forme pour appeler à la nomination d’une femme à la présidence de l’institution.

Par

En 75 ans, aucune femme n’a pris la tête de la Banque mondiale. C’est le constat de Vital Voices, une organisation non gouvernementale américaine, qui s’est mobilisée, suite à la démission de Kim Yong Kim, deux ans avant la fin de son mandat. L’ONG a appelé ses membres dans 30 pays à montrer que “plusieurs femmes dans le monde disposent de compétences et qualifications leur permettant de diriger cette institution”, indique un communiqué de presse du mouvement qui se fait entendre sur les réseaux sociaux via le hashtag #WorldBankWomen.

Ce hashtag a été créé pour élargir la portée de l’action sur les réseaux sociaux et aiguiller vers une pétition en ligne intitulée “il est temps d’élire la première femme présidente de la Banque mondiale”.

“Aujourd’hui, en l’absence d’une femme à la tête de la Banque mondiale, tous les investissements et les financements ne vont pas forcément prendre en considération la place de la femme dans ces pays. On aura échoué à placer la femme comme maillon fort de tout pays”, nous déclare Khadija Idrissi Janati, coordinatrice et porte-parole du mouvement #WorldBankWomen au Maroc.

Le travail de ce mouvement s’effectue sur deux volets. Premièrement, en établissant une liste des candidates potentielles, puis en se dirigeant vers les médias pour sensibiliser, mobiliser et encourager hommes et femmes à soutenir ce mouvement et contribuer à l’atteinte de son objectif. Il s’agit aussi de “mettre en avant ces personnes, faire que ces noms circulent pour qu’on s’habitue à avoir des femmes candidates à ce poste”, précise Khadija Idrissi Janati. Notre interlocutrice estime par ailleurs que “la visibilité casse un peu le tabou”.

Du 7 février au 14 mars, les ministres des Finances des pays membres de la Banque mondiale sont invités à déposer les candidatures de leurs ressortissant.e.s à la présidence de l’institution. Lors de cette période, les membres du mouvement “multiplieront les rencontres pour les convaincre de proposer des femmes candidates et en recommander”, indique le communiqué de presse du mouvement.

article suivant

PLF 2021 : exonération de l'IR pour le recrutement des salariés licenciés durant la pandémie