Le salut par le cafard

Parution. Finaliste du prix Grand Atlas 2019, le dernier roman de Mohamed Nedali est une fable sur la cupidité.

Par

A Ouiziren, douar oublié au pied du Haut-Atlas, on se morfond dans la monotonie d’une existence pauvre et on rêve de cet imprévu miraculeux qui permettrait de sortir de la misère, de la sécheresse et d’une frugalité contrainte. H’mad Imeghri a laissé en friche la terre de ses ancêtres, devenue caillouteuse, et s’est fait épicier. Il s’ennuie. “La vie de ma mère, moi je suis fait pour vivre en ville, parmi les gens raffinés, pas dans ce patelin triste à crever, entouré de brutes et de primitifs.

‘La bouteille 
au cafard’ Mohamed Nedali
, Virgule éditions, 128 p., 60 DH

Pour lui, cet imprévu prend la forme d’un cafard au fond d’une bouteille d’huile intacte. Sur les conseils de Hafid, le seul du douar qui a fait des études supérieures mais végète comme diplômé chômeur, H’mad réalise le gain qu’il peut retirer auprès du fabriquant L’Benna, qui se targue de “donner…

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août