Une "ligue" de harceleurs en ligne rattrapée par ses victimes

Une "ligue" de harceleurs en ligne rattrapée par ses victimes

Une bande de cyberharceleurs des années 2010, aujourd'hui Parisiens trentenaires et pour certains aux responsabilités dans des journaux, magazines et dans la pub, s'est fait rattraper ces derniers jours par ses victimes qui témoignent des dérives de cette "Ligue du LOL".

Par

Edar/Pixabay.

La direction du quotidien Libération a annoncé lundi la mise à pied « à titre conservatoire » de deux de ses journalistes, dont les noms sont apparus dans cette affaire.

C’est d’ailleurs un article du site de fact-checking de Libération, Checknews, qui a révélé vendredi l’existence d’un groupe Facebook privé baptisé « Ligue du LOL » : soit une trentaine de journalistes et communicants, accusés d’avoir harcelé d’autres journalistes et blogueurs, en particulier des femmes et des militantes féministes, dans le petit milieu du Twitter parisien du début des années 2010.

« Un groupe composé d’hommes blancs journalistes, parisiens et aujourd’hui bien en place dans de grands médias », remarque l’une de leurs victimes, Mélanie Wanga, créatrice du Podcast pop Tchip, harcelée parce que femme et parce que noire.

Comme elle, plusieurs victimes ont témoigné ce week-end sur les réseaux sociaux. L’ex-blogueuse Capucine Piot a raconté avoir été la cible de montages photo ou vidéo « pendant des années« . « Ça a été très dur dans ma construction de jeune femme. A force de lire des saletés sur moi partout sur les réseaux, j’ai été convaincue que je ne valais rien », a-t-elle tweeté.

« A chaque thread politique, à chaque gueulante féministe ou contre la grossophobie, je savais que j’allais payer le prix de ma liberté d’expression, le prix de mes idées jugées nazes par un petit groupe de harceleurs, la ligue du LOL« , témoigne encore Daria Marx: « J’étais grosse, j’étais une femme, j’étais féministe, cela suffisait à les faire rire » écrit-elle.

Le blogueur Matthias Jambon-Puillet aussi a raconté sur le site Medium, des insultes anonymes, des « enregistrements sarcastiques« , des photomontages dont un, pornographique, envoyé en son nom à des mineurs.

Plusieurs membres de cette « Ligue du LOL » tente aujourd’hui de s’expliquer. « J’ai vu que certaines personnes étaient régulièrement prises pour cible mais je ne devinais pas l’ampleur et les traumas subis« , se justifie David Doucet, rédacteur en chef web du magazine culturel les Inrocks, qui admet « deux canulars téléphoniques ».

« Je m’en excuse auprès de tous ceux qui ont pu se sentir harcelés, mais je ne peux pas assumer moi-même toutes les conneries qu’ont pu faire des gens à l’époque sur Internet« , fait valoir l’initiateur du groupe, Vincent Glad, pigiste à Libération.

article suivant

Meghan Markle et le Prince Harry sont arrivés à Casablanca... avec près d'une heure de retard

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.