L'Arabe du futur 4: pauvre petit !

Bande dessinée. Après la trilogie sur son enfance, Riad Sattouf raconte son adolescence tiraillée entre la France et la Syrie.

Par

Riad Sattouf est aussi l’auteur des séries BD 
La vie secrète des jeunes (L’Association, 2007, 2010, 2012) et Les Cahiers d’Esther (Allary Éditions, 2016, 2017). Crédit: AFP PHOTO / JOEL SAGET

Dès le tome I, on avait compris qu’entre Clémentine et Abdel-Razak, l’erreur de casting était flagrante. Le 4e tome de l’autobiographie de Riad Sattouf étire, sur 280 pages, l’histoire de ce couple qui a de moins en moins de choses en commun, racontée par Riad, entre 10 et 14 ans, de moins en moins blond, de plus en plus frisé et boutonneux, mais encore “assez mignon”.

L’Arabe du futur 4, une jeunesse au Moyen-Orient (1987-1992)
 Riad Sattouf
, Allary Éditions, 
288 p., 330 DH.Crédit: DR

La famille est ici séparée: le père enseigne en Arabie Saoudite, la mère a refusé de l’y suivre et habite dans un petit village de Bretagne, d’où elle ne cesse d’envoyer des CV qui restent sans réponse et de demander plus d’argent à son mari. Riad et ses deux frères y font l’apprentissage d’un racisme équivalent à celui qu’ils ont subi à l’école de Ter Maaleh….

article suivant

Comment le Parlement s’organise face à la pandémie