Abdelkader Retnani: ”J'ai une vision différente de la culture”

AIC PRESS

Smyet bak ?

Mohamed.

Smyet mok ?

Saidia Saadi.

Nimirou d’la carte ?

B18297.  

Alors que le marché du livre est en crise, votre maison d’édition publie œuvre après œuvre. Pourquoi donc les affaires ne marchent-elles que chez vous ?

On ne peut pas lier cela aux affaires. Il y a éditeur et éditeur. Moi, je suis un passionné et je suis concerné par le patrimoine du Maroc, par son histoire… Ces dernières années, il y a un flux de manuscrits qui arrivent de partout, même de l’étranger. Il faut être dans l’immédiateté, dire oui, quitte à poser problème ensuite au directeur financier. J’ai aussi la particularité de faire beaucoup de salons, même si j’en fais de moins en moins, et nos livres sont bien perçus par tous. On s’est professionnalisés, et cette reconnaissance, nous la devons à notre travail.

Dit sans fioriture, vous estimez que les autres éditeurs marocains ne sont pas suffisamment passionnés, n’est-ce pas ?

Je ne peux pas le dire. C’est à la presse et au public de juger. Moi, je travaille douze à treize heures par jour. Je me…

article suivant

Chronique d'un confinement. Jour 19.