Crédit TVA: 40 milliards remboursés pour rien

Grâce au dispositif d’affacturage, l’Etat a épongé son passif de crédit TVA auprès des secteurs privé et public en s’endettant auprès des banques. Mais en dépit de cette injection hors-norme de cash dans l’économie, celle-ci ne donne aucun signe d’embellie. En faisant montre de célérité, Mohamed Benchaâboun a-t-il fait un cadeau budgétivore aux entreprises et aux banques… sans contrepartie, mais surtout sans effet notable sur la croissance du PIB ?

Par

TELQUEL

Le Maroc a besoin d’accélérer le rythme de la croissance pour une économie plus forte et inclusive. C’est  le seul moyen d’apporter une réponse à la problématique de création d’emplois pour les jeunes”, affirmait avec beaucoup de justesse et de gravité Mohamed Benchaâboun, en septembre dernier, lors de l’Université d’été du patronat. Pour dynamiser l’économie, l’argentier du royaume a d’abord donné l’exemple en décidant d’éponger le passif de crédit de TVA de l’Etat auprès du public et du privé. L’opération consiste à s’acquitter des arriérés de crédit TVA accumulés de 2013 à fin 2017 auprès de toutes les entreprises, grâce au processus d’affacturage (voir schéma ci-dessous) acté il y a tout juste…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés