Abdelilah Benkirane: "Ma pension de retraite était une volonté du roi"

Une récente sortie d'Abdelilah Benkirane a alimenté les rumeurs selon lesquelles il bénéficierait d'une pension de retraite exceptionnelle. L'ex-chef du gouvernement a réagi pour démêler le vrai du faux.

Par

Abdelilah Benkirane reçu par le roi Mohammed VI lors de sa nomination en tant que Chef du gouvernement en octobre 2016. Crédit: MAP

L’ex-chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a réagi à la polémique sur sa pension de retraite gouvernementale. Interrogé par Telquel Arabi, il a affirmé qu’il n’avait en aucun cas demandé à bénéficier de cette pension, après avoir été remplacé par Saâd Eddine El Othmani à la tête de l’exécutif, en mars 2017.

«Je n’ai rien demandé, c’était la volonté du roi», a-t-il précisé. Benkirane a également ajouté qu’il n’était «pas le seul à bénéficier de cette pension», et que c’était le cas d’autres ministres avant lui. En revanche, «tous les ex-chefs de gouvernement ne sont pas concernés. La question relève de l’appréciation du roi», souligne encore l’ancien patron du PJD, précisant que le montant de la pension était lui aussi variable. «Je n’ai rien à voir là-dedans», a-t-il assuré.

Lors d’une intervention devant les membres du PJD résidant à l’étranger, Abdelilah Benkirane avait insinué qu’il avait bénéficié d’une pension de retraite exceptionnelle, comme ce fut le cas pour l’ancien premier ministre Abderrahmane Youssoufi. Il avait également expliqué que sa situation financière n’était pas fameuse au moment de son départ du gouvernement.

«Je n’avais pas de quoi acheter une villa, ni de 300 m² ni de 700 m²», avait-il déclaré. Par ailleurs, interrogé par le quotidien arabophone londonien Al-Quds Al Arabi, sur une une voiture appartenant à l’Etat qu’il aurait reçue, Benkirane s’est contenté de répondre : «Elle m’a été offerte par le roi».

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré