Les tartuferies islamistes du PJD

Les photos cheveux au vent de la députée PJD Amina Maelainine à Paris ont souligné le double discours du PJD. Le parti fleurit sur un référentiel islamique tandis que certains de ses membres prennent des libertés avec l’idéologie qu’il défend. Et, encore une fois, les cadres islamistes ont jeté un autre voile sur cette affaire.

Par

Tniouni

Ce début d’année 2019 aura été particulièrement éprouvant pour le PJD. Éclaboussé fin décembre par la nouvelle de l’inculpation d’un de ses leaders, Abdelali Hamieddine, pour complicité de meurtre de l’étudiant gauchiste Benaïssa Aït El Jid en 1993, le parti islamiste se retrouve aujourd’hui, une nouvelle fois, dans la tourmente. En cause, la publication par le quotidien Al Akhbar d’une photo montrant la députée et membre du secrétariat général du parti, Amina Maelainine, prenant la pose, sans voile et vêtue d’un tee-shirt et d’un jean, devant le Moulin Rouge, symbole de la fête parisienne et d’une certaine frivolité dans l’imaginaire populaire. Une bombe! En quelques heures, le cliché fait le tour du Net, faisant les choux gras de la presse. Une large frange des sympathisants…

article suivant

Comment la CAF gère (mal) son argent (3/5)