Pour le bien de l'économie marocaine, le HCP conseille de s'inspirer de Trump

Taux de croissance en baisse, accentuation du taux d’endettement global, hausse de l’inflation, baisse du taux d’épargne nationale… le Haut-commissariat au plan dresse déjà un sombre tableau de l’économie marocaine en 2019.

Par

Fahd Merroun / TelQuel

L’économie nationale ne connaitra pas de meilleurs jours en 2019. Selon les prévisions du Haut-commissariat au plan (HCP), le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) sera de 2,9% en 2019, après 3% en 2018 et 4,1% en 2017. Des estimations plus pessimistes que celles de Bank Al Maghrib qui a prévu une croissance établie à 3,3% en 2018 et 3,1% en 2019. « Nous avions initialement prévu un taux de croissance de 3,1% pour 2018. Ce sera finalement 3%. Pour ce qui est de 2019, la croissance sera de 2,9%. Un chiffre que nous pourrons également réviser en fonction de l’évolution que connaitra le secteur agricole à l’issue de cette campagne », a précisé Ahmed Lahlimi, le Haut-commissaire au plan, lors d’une conférence de presse tenue le 16 janvier à Casablanca, pour présenter ses derniers chiffres sur la situation macro-économique en 2018 et les perspectives de son évolution en 2019.

Selon le HCP, le Maroc doit investir davantage dans l’agriculture, « même si le gain n’y est pas facile vu que c’est un investissement à long terme », sans pour autant oublier les activités non-agricoles. Ces dernières ont, en effet, enregistré un rythme de croissance modéré, passant de 2,8% en 2017 à 2,9% en 2018 et à 3,1% en 2019.

Le rythme d’accroissement de la valeur ajoutée primaire est, lui, en repli. Il sera ainsi, selon les prévisions du HCP de 0,1% en 2019, au lieu de 3,8% en 2018 et 13,2% en 2017. Autre indicateur alarmant : L’inflation exprimée par le niveau général des prix est en «légère hausse ». Alors qu’elle était de 0,8% en 2017, elle est passée à 1,6% en 2018 pour revenir à 1,2% en 2019. Pour ce qui est du taux d’épargne nationale, il baisse à 27,7% du PIB en 2019 au lieu de 28% en 2018 et 28,9% en 2017, alors que le besoin de financement de l’économie s’est aggravé, passant de 3,7% du PIB en 2017 à 4,5% en 2018, avant de s’alléger à 4,3% en 2019.

Le HCP table également sur une « légère accentuation » du taux d’endettement global, passant de 82% du PIB en 2017 à 82,2% en 2018 et à 82,5% en 2019. Idem pour le taux d’endettement du Trésor qui passe de 65,1% du PIB en 2017 à 65,8% en 2018 et à 66,1% en 2019.

« Go and balance ! »

Pour sortir de « cette trappe où nous sommes » et dépasser cette « croissance faible » globalement et une hausse de l’inflation , il faut « une politique économique plus audacieuse, qui dérange un peu », a soutenu Ahmed Lahlimi. « Quand l’économie ne respire plus, il faut lui donner de l’oxygène… Go and balance ! » » a-t-il poursuivi, estimant qu’une hausse de l’inflation « ne peut pas nous tuer« .

« Après tout, créer de l’optimise dans les entreprises pour se lancer dans des investissements n’est pas si mauvais que ça. Cela va créer une bonne inflation qui permettra de payer une partie des dettes », a poursuivi le Haut-commissaire au plan, avant de citer en exemple l’économie américaine sous Donald Trump. Selon lui, « Trump nous donne un bon exemple en termes de patriotisme économique ». Un exemple dont « il faut s’inspirer » pour le bien de l’économie nationale, a-t-il encore souligné.

Le HCP a, par ailleurs, rappelé que le contexte international est marqué par de « fortes incertitudes allant dans le sens d’une perte de dynamisme de la croissance économique mondiale ». « Les flux de capitaux, qui ont contribué ces dernières années à l’expansion des économies de marchés émergents, s’inversent progressivement, sous l’effet notamment du resserrement des conditions de financement. Les tensions commerciales et les difficultés géopolitiques, continueraient de perturber les échanges, ce qui impacterait le niveau de l’investissement et de la demande à l’échelle internationale », a expliqué l’organisme chargé production, de l’analyse et de la publication des statistiques officielles au Maroc.

Sur le plan mondial, la croissance devrait ainsi poursuivre son ralentissement passant de 3,7% en 2017 à 3,6% en 2018, puis à 3,5% en 2019, avec une « divergence de plus en plus accentuée entre les régions économiques ».

article suivant

OCP : résultat d'exploitation en très forte hausse au premier semestre