Dizzy Dros : “Je n’ai pas commencé ce clash, mais je l’ai achevé”

Dizzy Dros : “Je n’ai pas commencé ce clash, mais je l’ai achevé”

Le rappeur Dizzy Dros Crédit: DR

Smyet bak ?

Abdelhafid.

Smyet mok ?

Aïcha.

Nimirou d’la carte ?

Cela relève de ma vie privée.

Vous êtes au centre de l’actualité depuis le 6 janvier, date de sortie de votre single Moutanabbi, une riposte virulente au morceau 170 Kg de Don Bigg, que vous qualifiez de has-been…

Etre sous les projecteurs ne m’a jamais intéressé. J’ai dit ce qu’il fallait dire, place désormais à d’autres choses.

En cinq heures seulement, vous avez détrôné Don Bigg en vous hissant en tête des tendances YouTube au Maroc, puis à la troisième place en France. Etes-vous satisfait ?

Le public se rappellera d’une chose : je n’ai pas commencé ce clash, mais je l’ai achevé. Il incombe désormais à Don Bigg de comparer les deux morceaux et d’en tirer les conclusions. Avec les chiffres que vous citez, la réponse est évidente.

Si les autres rappeurs ont tous réagi quelques jours après la sortie de 170 kg, vous avez fait durer le suspense deux semaines durant. Pourquoi ?

Mes followers sur les réseaux sociaux le savent, Moutanabbi a été écrit en une seule journée. Je vis à Las Palmas, où les studios sont majoritairement professionnels, j’ai donc.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Anas Doukkali démet de ses fonctions le directeur de l'hôpital provincial de Tétouan

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.