Juan Carlos Garrido quitte le Raja en fin de saison

Arrivé il y a un an et demi au Raja de Casablanca, l’entraineur espagnol quittera le club en fin de saison pour rentrer « à la maison » et être proche de sa famille.

Par

Raja Athletic Club

Juan Carlos Garrido n’entrainera pas le Raja de Casablanca (RCA) la saison prochaine. C’est ce qu’a déclaré l’entraineur natif de Valence vendredi à l’agence de presse espagnole EFE. Arrivé en juin 2017 chez les Verts, en remplacement de Mohamed Fakhir, Juan Carlos Garrido quittera le club casablancais en fin de saison pour rentrer en Espagne.

« Si je devais choisir une destination où j’entrainerais, ce sera la communauté de Valence », a –t-il confié, rappelant qu’il a également travaillé par le passé en Egypte (Al Ahly SC) et en Arabie saoudite (Ettifaq FC) et « que quelque chose peut toujours arriver pour changer les plans ». S’il aimerait entrainer de nouveau en Espagne pour se rapprocher de sa famille, le technicien reconnait toutefois que son pays compte a en ce moment « plusieurs entraineurs et peu d’équipes » et que pour décrocher un contrat, « il aura besoin de chance pour être au bon moment au bon endroit ».

Juan Carlos Garrido n’écarté pas non plus la possibilité de partir aux États-Unis, au Japon, au Qatar, ou en Belgique où il a déjà entrainé le FC Bruges pendant la saison 2012-2013. « Je pense que le plus important est d’être là où on veut de moi en tant qu’entraineur et où ils me feront une proposition qui répond à mes attentes personnelles et professionnelles et où les conditions de la réussite sont réunies », a-t-il ajouté.

Avec le Raja de Casablanca, l’Espagnol a d’ores et déjà remporté deux titres : la Coupe du trône en 2017 et la Coupe de la Confédération africaine en 2018. « Nous sommes actuellement engagés dans quatre compétitions. Tous les trois jours, il y a un match et le maintien du niveau est très difficile (…) Ici, nous devons tout gagner et c’est impossible, nous avons remporté la Coupe de la Confédération, la deuxième dans l’histoire du club qui ne l’avait pas gagné depuis quinze ans. Maintenant, nous avons un calendrier très chargé, avec le championnat, la nouvelle édition de la Coupe de la CAF, la Coupe arabe dans laquelle nous sommes en quarts de finale, et la finale de la Super coupe d’Afrique », a-t-il fait savoir.

En attendant, le Raja de Casablanca a encore cinq matchs de retard à jouer en Botola. Le club vert doit affronter le 30 décembre au stade Père Jégo, la Renaissance de Berkane, avant de retrouver son éternel rival casablancais, le Wydad, le 6 janvier prochain au Grand stade de Marrakech.

article suivant

4 juillet, 18h: 534 cas en 24 heures, 13 822 au total