Grève des pharmaciens: 85% des officines ont baissé le rideau

Grève des pharmaciens: 85% des officines ont baissé le rideau

Une grande majorité des officines du Royaume ont fermé boutique le 27 décembre pour dénoncer l'absence de réponses à leurs revendications. Le mouvement de contestation divise néanmoins les syndicats, certains préférant la voie du dialogue avec le ministère de tutelle. 

Par

Malgré une série de rencontres avec les responsables du ministère de la Santé entre le 21 et le 24 décembre, les centrales syndicales ont bel et bien décidé de maintenir la grève des pharmaciens le 27 décembre. Une grève que les pharmaciens ont effectué en portant des gilets verts, en référence au mouvement français des gilets jaunes. Selon la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (FNSPM),  85% des officines du Royaume ont baissé le rideau dans le cadre de cette journée de grève.

«En six mois, rien n’a été fait » déplore le secrétaire général de la FNSPM, qui rappelle que les syndicats avaient renoncé à un mouvement de grève au mois de juin pour permettre au département de tutelle de réagir à leurs revendications. Les syndicats réclament notamment un meilleur encadrement en ce qui concerne les horaires et les gardes de nuit, une réduction de la pression fiscale, un respect du circuit pharmaceutique sur les produits vétérinaires ainsi qu’une compensation financière après la baisse des prix des médicaments.

Cette insatisfaction n’est néanmoins pas partagée par la Confédération nationale des syndicats de pharmaciens (CNSP). Dans des propos accordés à nos confrères de 2M, le président de la CNSP estimait que « les réunions du 21 et 24 décembre sont un gage important de l’engagement du ministre« . Celles-ci avaient abouti à trois commissions techniques qui feront le suivi du dossier.

Pour Mounir Tadlaoui, « le problème majeur n’est pas le dialogue, car il a déjà été ouvert. Mais les résultats attendus ». Il estime que les pharmaciens se sont scindés en deux groupes, l’un cherchant un « dialogue et une reconnaissance du ministre de la Santé », l’autre désirant un « travail de fond, marqué par des réalisations concrètes ».

Pour mettre à plat les divergences avec le ministère de la Santé, une nouvelle rencontre entre les centrales syndicales et la direction du médicament et de la pharmacie est prévue ce 28 décembre.

article suivant

Nasser Zefzafi et cinq autres détenus rifains souhaitent être déchus de la nationalité marocaine

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.