Pourquoi a-t-on détruit 50.000 tonnes de clémentines?

50.000 tonnes de clémentines  jetées dans la nature, alors que le prix de la clémentine reste élevé sur le marché. Même si la production nationale a atteint des niveaux records, les producteurs d'agrumes se sont réunis, le 26 décembre, pour trouver une solution à un problème qui mine le secteur: l'incapacité à exporter.

Par

Au siège de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations, sur la route d’El Jadida à Casablanca, se tient une réunion de l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (ASPAM). Cette rencontre d’agriculteurs de l’agrume arrive dans un contexte particulier : une semaine auparavant, le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, présentait son bilan du Plan Maroc Vert (PMV). Point noir du plan relevé par le ministre : les problèmes de commercialisation des agrumes. Depuis cette date, plusieurs médias ont relayé des vidéos montrant des agriculteurs se débarrassant de leur récolte de clémentines. Incompréhension du public : jeter des clémentines alors que le prix dans les marchés varie entre 3 et 5 dirhams. Le PMV a-t-il mis en surchauffe l’agrumiculture, provoquant une situation…

article suivant

Migration, plan économique... Le partenariat Maroc-UE au coeur d'une rencontre à Rabat