Décès à la maternité des Orangers : Deux infirmières inculpées

Décès à la maternité des Orangers : Deux infirmières inculpées

Quatre des cinq nourrissons admis au CHU Ibn Sina de Rabat  après la détérioration de leur état de santé après leur naissance à la maternité des Orangers ont pu quitter l’hôpital a indiqué le ministre de la Santé Anas Doukkali. Deux infirmières ont été notamment poursuivies pour « négligence » suite au décès d’un nourrisson  la semaine dernière.

Par

La maternité des Orangers à Rabat.

Le décès d’un nourrisson à la maternité des Orangers intéresse le parlement et la détérioation de l’état de santé de cinq autres ont été évoqués le 24 décembre au parlement. Répondant à des questions sur ce dramatique évènement à l’occasion d’une séance de questions orales au gouvernement, le 24 décembre à la Chambre des représentants, Anas Doukkali a révélé quatre des cinq nouveau-nés admis le 17 décembre au CHU Ibn Sina de Rabat ont quitté l’hôpital. Le cinquième a été « placé sous surveillance médicale, est stable et en amélioration constante » a précisé le ministre de la Santé.

Vaccins hors de cause

Alors que plusieurs sources médiatiques méttaient en cause un vaccin administré à ce groupe de nouveaux-nés, Anas Doukkali a tenu à écarter cette piste. « Les investigations préliminaires menées par la commission centrale multidisciplinaire relevant du ministère de la Santé au sujet du décès d’un nourrisson à la maternité des Orangers à Rabat, n’ont enregistré aucun dysfonctionnement concernant la qualité du vaccin et les conditions de son stockage » a affirmé le ministre selon la MAP. Il a ajouté que «  la maternité des Orangers utilise le même vaccin que les autres structures, qui n’ont d’ailleurs enregistré aucune complication »

Interpelé par le groupe de l’Istiqlal sur la question de la vaccination, le ministre a assuré que la maternité des Orangers a respecté les procédures en vigueur. « Les établissements de santé relevant du ministère ont procédé depuis 2017 à la vaccination des nouveau-nés contre l’hépatite B dans les premières 24 heures suivant la naissance, dans le cadre du programme national d’immunisation et conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé »a-t-il indiqué. Et de poursuivre « Dans ce cadre et à l’instar des autres établissements de santé du ministère, la maternité des Orangers procède conformément aux procédures déterminées et à un protocole spécial, à la vaccination des nouveau-nés ».

Deux infirmières poursuivies

Si l’enquête préliminaire du département de Doukkali blanchit le vaccin administré aux nourrissons, elle ne lève toujours pas le voile sur les raisons du décès d’un nouveau-né et la détérioration de l’état de santé des cinq autres.

On notera toutefois que deux infirmières travaillant au sein de la maternité des Orangers ont été poursuivies en état d’arrestation dans le cadre de l’enquête liée à cette affaire.  . Présentées le 24 décembre devant le juge du tribunal de première instance de Rabat, les deux professionnelles de la santé sont accusées, entre autres, « de négligence » et encourent jusqu’à cinq ans de prison en vertu de l’article 432 du code pénal. Une information cofirmée par une source au sein  du ministère de la santé qui  précise à Telquel Arabi que « les deux infirmières seront mises en cause pour négligence et erreur médicale ».

 

article suivant

Nasser Zefzafi et cinq autres détenus rifains souhaitent être déchus de la nationalité marocaine

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.