Vivre de poésie

Deux publications, une réédition au Maroc et une traduction en anglais, invitent à se replonger dans les œuvres de Abdellatif Laâbi et de Mostafa Nissabouri.

Par

Abdellatif Laâbi né en 1942 à Fès. Mostafa Nissabouri est né en 1943 à Casablanca et est à l'origine, avec Mohamed Khaïr-Eddine, du manifeste "Poésie toute" en 1964. Tous deux sont parmi les fondateurs de la revue "Souffles".

Ce sont deux travaux de longue haleine et d’importance qui viennent d’aboutir : la réédition au Maroc, par les éditions du Sirocco, de l’œuvre poétique de Abdellatif Laâbi, jusque-là presque intégralement publiée en France aux éditions de La Différence, et une anthologie bilingue de celle de Mostafa Nissabouri, en version française et en traduction anglaise, dirigée par le poète et traducteur américain Guy Bennett. L’actualité éditoriale remet donc en avant — et c’est justice — deux vies dédiées à la poésie, à qui on doit, entre autres, la revue Souffles, et qui comptent parmi les voix les plus fortes et singulières de la littérature contemporaine du Maroc.

Abdellatif Laâbi : le droit au rêve

Oeuvre poétique I et II, Abdellatif Laabi, éditions du Sirocco.

Karine Joseph, fondatrice des Éditions du Sirocco à Casablanca, se réjouit de devenir “le passeur d’une œuvre magistrale” en rendant accessible,…

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août