La guerre des lobbys autour de la taxe soda

Accusées d’être un danger pour la santé des Marocains, les boissons sucrées ont subi une augmentation de taxes décidée par la Chambre des représentants lors de la discussion du PLF, avant que la décision ne soit révisée par la Chambre des conseillers. Des médecins accusent l’industrie d’avoir fait du lobbying pour faire annuler cette décision.

Par

Une taxe sur les sodas était prévue dans le PLF 2019. Crédit: DR

Un Marocain sur trois est en surpoids. Selon un rapport du Haut commissariat au plan publié en 2016, le surpoids touche 10 millions d’individus, dont 3,6 millions souffrant d’obésité morbide. En une décennie, le nombre de Marocains obèses a été multiplié par deux. Une étude du cabinet McKinsey datant de 2014 évalue ainsi le coût annuel de l’obésité à 24 milliards de dirhams à l’Etat marocain, soit à peu près 3% du PIB. Ce coût est notamment lié aux traitements des conséquences de l’obésité, comme l’hypertension artérielle, le diabète de type 2 ou l’infarctus du myocarde. Trois facteurs favorisent l’obésité : l’excès de sucre, de gras et l’inactivité physique. Pour l’Etat, agir sur ces facteurs ne peut passer que par un levier : augmenter les taxes…

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus