A Genève, Köhler joue la « prudence »

Lors de la table ronde de Genève, qui s'est ouverte le 5 décembre, les quatre parties présentes ne seront pas amenées à évoquer des sujets faisant l’objet de tensions comme le statut du Sahara. Pour cette rencontre, Horst Köhler a choisi de faire le point sur le conflit tout en donnant une dimension régionale à sa résolution.  

Par

La délégation marocaine à Genève Crédit: AFP

Encourager les échanges. C’est dans cette optique que l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara a choisi les thématiques qui seront discutées par les délégations représentant le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario lors de cette rencontre dont le coup d’envoi a été donné dans l’après-midi du 5 décembre à Genève et qui prendront fin le 6 décembre.  « Ni le statut du Sahara ni la question de l’autodétermination ou du référendum ne sont à l’ordre du jour », observe une source présente sur place et pour qui le « programme très court » élaboré par l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara témoigne d’une « certaine prudence ».

Bilan et fondue au fromage

C’est après des rencontres bilatérales entre les délégations…

article suivant

Chronique d'un confinement. Jour 19.