À l’Union africaine, le harcèlement sexuel est « très répandu » – Telquel.ma

À l’Union africaine, le harcèlement sexuel est "très répandu"

Dans un rapport publié le 23 novembre, l’Union africaine reconnait que son personnel féminin est victime de discrimination et de harcèlement sexuels au sein même de l’organisation. Des pratiques "très répandues" selon les conclusions du document commandé en mai dernier par le  président de Commission de l'UA Moussa Faki Mahamat.

Par

Le siège de l'Union africaine à Addis Abeba (Ethiopie). Crédit: AFP

Le harcèlement sexuel est « pratiqué » et « très répandu » au sein de l’Union africaine (UA). C’est l’une des conclusions accablantes d’un rapport réalisé par le comité chargé d’une enquête interne à l’UA, après des accusations parvenues par lettre anonyme à le président de sa Commission, Moussa Faki Mahamat. « Les éléments de preuve présentés laissent penser que cette forme de harcèlement est pratiquée par des responsables à l’encontre d’employées de sexe féminin placées sous leurs ordres, notamment, mais pas exclusivement, lors de missions à caractère officiel à l’extérieur du lieu de travail », indique un communiqué de l’institution, qui regrette aussi l’absence d’une politique de lutte contre ces agissements.

Les auteurs de harcèlement sexuel profitent de leurs positions hiérarchiques afin d’exploiter « les employés à contrat déterminé, les bénévoles et les stagiaires », en faisant aux jeunes femmes « des promesses crédibles de contrats », ajoute l’UA.

« Là où le bât blesse »

L’enquête, dont les résultats ont été rendus publics le 23 novembre dernier par l’UA, a été diligentée par la Sénégalaise Bineta Diop, envoyée spéciale de l’institution sur les questions de femmes, paix et sécurité en Afrique. Selon les témoignages récoltés par son équipe, les femmes travaillant au sein de l’UA subissent, au-delà du harcèlement sexuel, des discriminations professionnelles. « Ce n’est pas seulement des cas de harcèlement sexuel. Il y a l’intimidation, le fait de la promotion des hommes. Dans certains départements, vous ne trouvez pas de femmes au niveau du dessus. Et pourtant l’Union africaine a la parité, au plus haut niveau, cinq commissaires femmes sur dix. Donc vous voyez très bien qu’il y a des politiques, mais l’application pour que ça aille à tous les niveaux, c’est là où le bât blesse », a-t-elle déclarée au micro de RFI Afrique.

Que faire alors pour y remédier ? Selon Bineta Diop, « il faut (d’abord) changer les comportements. C’est un travail à long terme ». Ensuite, il faudrait instaurer « une personne indépendante à qui on peut faire confiance pour trouver les solutions et punir quand il faut, parce que quand cela arrive, il n’y a pas de punition. A quoi bon faire des rapports si nous savons qu’il n’y aura pas de solutions », fustige l’envoyée spéciale de l’UA.

Pour l’instant, l’UA a fait part de sa volonté de « renforcer sa politique de tolérance zéro » et d’instituer une « politique globale de lutte contre le harcèlement sexuel qui protège les victimes et punisse sévèrement les auteurs ». Aucun calendrier précis pour sa mise en place n’a été toutefois communiqué par l’institution, relève l’AFP. Selon l’agence de presse française, le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, devrait prochainement mettre en place un autre comité, chargé d’enquêter sur 44 cas de harcèlement sexuel présumé.

Outre le harcèlement sexuel et la discrimination, le comité chargé de l’enquête s’est également intéressé des accusations d’abus de pouvoir, de corruption, d’intimidations et de mauvaises conduites, de fraudes et de non-respect de la loi.

article suivant

Une enquête parlementaire pour déterminer les "vrais responsables" des retards des projets d'Al Hoceima ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.