Meryem Alaoui Mdaghri, écrivaine: “Je ne suis la porte-parole d’aucune cause” – Telquel.ma

Meryem Alaoui Mdaghri, écrivaine : “Je ne suis la porte-parole d’aucune cause”

Smyet bak ? 

Driss.

Smyet mok ?

Zhor.

Nimirou d’la carte ?

(Rires) Ma3a9lach 3lih. Je l’ai oublié.

Votre roman ‘La vérité sort de la bouche du cheval’ (éd. Gallimard) est acclamé par la critique en France. Mais ne pensez-vous pas que, pour le lectorat marocain, le récit de la prostituée Jmiaa est construit sur des repères “déjà-vu” ?

Aucune idée. Ce n’est pas un roman à message, il n’y a pas de morale dedans. J’ai simplement eu l’envie d’écrire une fiction. Je suis donc incapable de vous dire si le récit verse dans le cliché.

Vous dites que vous vous êtes mise dans la peau et dans la tête de Jmiaa, le personnage central de votre roman. Se mettre dans la tête d’une prostituée, ou d’une autre personne d’ailleurs, n’est-il pas éprouvant ?

Dans le processus d’écriture, c’était le plus difficile. Le défi n’était pas tant d’écrire, mais de trouver une place au personnage de Jmiaa dans ma tête. Surtout que le personnage a, au fil du temps, évolué et m’a prise aux tripes. Je me souviens qu’au début de l’écriture, je vomissais chaque soir, j’étais émotionnellement à plat par ce que je créais. Après,.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Machbous humain : une Marocaine arrêtée aux Emirats pour avoir cuisiné les restes de son petit-ami

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.