Pourquoi l’Etat ne vendra pas le CIH en 2019

Une nouvelle vague de privatisation est annoncée par le gouvernement pour gonfler le budget 2019. Dans une nouvelle mouture du projet de loi de finances, la liste des établissements et entreprises publics exclut le CIH qui y figure pourtant depuis 10 ans.

Par

Le prochain budget du Maroc comptera en partie sur les recettes d’une série de privatisations estimées, par le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, à 10 milliards de dirhams. L’actualisation de la liste des entreprises et établissements publics (EEP) « privatisables » s’est avérée nécessaire. Dans ce sens, le projet de loi déposé auprès du secrétariat général du gouvernement porte notamment sur la vente de deux établissements, l’Hôtel La Mamounia et la centrale thermique de Tahaddart. En revanche, sept EEP ont été retirés de la liste des candidats à la privatisation. Il s’agit notamment du Cotef (Complexe textile de Fès) de la Sococharbo (Société commerciale de charbon et de bois) et de CIH Bank.

Grille d’évaluation

Depuis sa création en 1920, CIH Bank a traversé plusieurs épisodes tumultueux (dilapidation de deniers publics, crises financières, mauvaise gouvernance,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer