Foire du livre de Francfort: Journal de bord d’une éditrice marocaine

Chaque année, la Frankfurter Buchmesse offre à des éditeurs issus de pays où les marchés du livre sont fragiles un stand, leur donnant ainsi la possibilité de renforcer leurs réseaux et de venir se professionnaliser dans les séminaires de cette grande Mecque de l’édition mondiale. Parmi eux, Kenza Sefrioui, très dynamique directrice de En toutes lettres. Récit.

Par

En tout, vingt éditeurs indépendants venus d'Amérique latine, d'Afrique, d'Europe de l'est et du monde arabe ont pu bénéficier de ce programme.

C’est ma 3e foire du livre de Francfort et, cette année, j’y suis invitée par la Frankfurter Buchmesse, la société organisatrice de cet événement qui fête son 70e anniversaire mais dont les origines remontent au Moyen-âge. Nous sommes 20 éditeurs indépendants venus de pays où les marchés du livre sont fragiles ou peu développés, en Amérique latine, Afrique, Europe de l’est, Asie et monde arabe. Depuis plus de 50 ans, ce programme offre à de petites et moyennes maisons d’édition la possibilité de venir se professionnaliser dans des séminaires, de renforcer leurs réseaux et d’avoir un stand autrement inaccessible. Francfort est le centre de gravité de l’édition mondiale : 170 000 professionnels, 7309 exposants de 192 pays, 67% des visiteurs qui ne viennent pas d’Allemagne. Un stand…

article suivant

Jair Bolsonaro contracte le coronavirus, les États-Unis divorcent de l’OMS