Un observatoire de l'énergie pour mieux gérer la politique énergétique du Maroc

Un observatoire de l'énergie pour mieux gérer la politique énergétique du Maroc

Le ministre de l'Energie a annoncé le lancement de l’observatoire marocain de l’énergie. Développé avec l'appui de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ), le portail de cet observatoire permettra de fournir aux acteurs du marché de l'énergie l'information disponible sur la production et la consommation de l'énergie au Maroc.

Par

Aziz Rabbah © Yassine Toumi/TELQUEL

Une gestion plus intelligente de l’énergie, c’est le but de l’observatoire marocain de l’énergie (OME). Lancé par le ministre de l’Energie, Aziz Rabbah, le 15 octobre à Rabat, ce dispositif a pour objectif de mettre à disposition des producteurs, des consommateurs et des investisseurs des informations et des statistiques concernant la situation énergétique au Maroc.

Développé par le cabinet marocain KBM Consulting, cet observatoire a été créé avec l’appui de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) dans le cadre de son projet d’appui à la politique énergétique du Maroc (PAPEM II).

Depuis 2005, le rôle d’observatoire faisait partie des attributions de la Direction de l’observation, de la coopération et de la communication (DOCC) du ministère de l’Énergie. Selon la directrice du DOCC, Maya Aherdan, qui chapeautera l’OME, l’observatoire sera alimenté par les intervenants du secteur, en plus d’une enquête annuelle sur la consommation d’énergie par secteur d’activité.

« Ces enquêtes, initiées en 2010, permettent d’avoir des données très détaillées, de faire des bilans et de renseigner sur nos modèles de prospectives qui sont très exigeants en données, » nous explique la directrice.

Le portail web de l’observatoire disposera en tout de 50 indicateurs : cinq indicateurs macro-économiques, dix dédiés au secteur de la transformation et 34 indicateurs sectoriels – dont six pour l’industrie, six pour le tertiaire, huit pour le transport, dix pour le résidentiel et quatre pour l’agriculture. La plateforme comportera aussi des indicateurs de développent durables selon le plan des Nations unies. Les informations seront mises à jour mensuellement avec des données à n-2 (avec deux mois de décalage, ndlr).

La collecte de l’information se fera chez tous les intervenants du secteur de l’énergie au Maroc, notamment l’ONEE, le HCP et l’ONHYM. Concernant l’ONEE, son directeur général, Aberrahim El Hafidi, avait annoncé en septembre la création d’une plateforme d’optimisation de l’utilisation des énergies renouvelables. Cette plateforme d’optimisation permettra d’avoir une visibilité de plusieurs heures sur l’énergie produite, et ainsi de mieux prévoir le dispatching des ressources. Ainsi, les données de cette plateforme seront à même d’alimenter l’observatoire sur la situation énergétique du royaume.

Ce tableau de bord permettra au ministère de l’Energie de mieux gérer la politique énergétique du pays, et ainsi de mieux réguler les consommations et intégrer plus facilement les sources d’énergies renouvelables dans le système électrique. En phase de finalisation, le portail de l’observatoire sera accessible dans les prochaines semaines, a promis le ministre.

article suivant

Le duo Shayfeen au cœur d'un documentaire diffusé sur 2M

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.