Condition humaine et philosophie sur grand écran, la masterclass de Bruno Dumont

A l’occasion de la diffusion de la série « Coincoin et les Z'inhumains » sur Arte, TelQuel déterre une rencontre inédite avec Bruno Dumont à la dernière édition du FIFM. Le cinéaste français nous parle de sa vision du cinéma, du racisme décomplexé, de l’horreur et de philosophie en passant en revue cinq de ses films.

Par

A droite, Bruno Dumont, photographié à Marrakech lors du FIFM en 2016. A gauche, l'affiche de sa nouvelle série actuellement diffusée sur Arte.

Bruno Dumont fait partie de ces rares cinéastes qui perpétuent avec brio cette nécessité du cinéma de rendre compte du monde. Avec neuf longs-métrages au compteur, le cinéaste de 60 ans s’impose comme un maître du white trash à la française, dans ses confins les plus sombres et les plus sordides. Nous l’avons rencontré, il y a deux ans dans un hôtel chic de la ville ocre en marge du Festival international du film de Marrakech 2016. À l’occasion de la diffusion de Coincoin et les Z’inhumains la suite de sa minisérie P’tit Quiquin déjà diffusée sur Arte, TelQuel déterre cette rencontre inédite avec le réalisateur de L’Humanité (grand prix du jury et deux prix d’interprétation au Festival de Cannes, 1999) pour décrypter cinq de ses films majeurs. Fidèle à l’image…

article suivant

118 établissements scolaires fermés pour contamination au Covid-19, et 413 élèves positifs depuis la rentrée