Mehdi Lougraïda, l’étoile montante de la baguette

Avant de devenir un chef d’orchestre de renom, Mehdi Lougraïda a été un musicien aussi précoce que doué. Rencontre avec un maestro passionné qui ne jure que par la musique.

Par

Mehdi Lougraïda sera le premier chef d'orchestre marocain à diriger l'OPM.

L’agenda de Mehdi Lougraïda est surchargé. On l’attend dans les locaux de la Fondation Ténor pour la culture. Silhouette féline à la marche pressée, celui qui vient d’atterrir à Casablanca arrive enfin, avec deux valises et un sac à dos, dans sa chemise blanche ample, sa veste et ses mocassins noirs, entouré de proches qui le surveillent comme la prunelle de leurs yeux. Si le chef d’orchestre franco-marocain voyage comme le PDG d’une multinationale, c’est qu’il est arrivé sur le podium mondial avec la souplesse d’un chat. Après Rotterdam aux Pays-Bas avec l’orchestre de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris, dont il est le chef adjoint, Mehdi Lougraïda est au royaume pour diriger l’Orchestre philharmonique du Maroc (OPM), du 8 au 13 octobre, à l’occasion de ses concerts d’ouverture autour de la thématique  “Religions à l’unisson.” Une première pour un Marocain dans l’histoire de l’OPM, fondé en 1996. Et un…

article suivant

Un navire turc au cœur des tensions avec la Grèce et Chypre rentre au port