Ahmed Raïssouni: « Il faut autoriser les évangélistes au Maroc » – Telquel.ma

Ahmed Raïssouni : "Il faut autoriser les évangélistes au Maroc"

Dans cette deuxième partie de l'interview accordée à TelQuel Arabi, l'ex-président du MUR estime que le Maroc devrait autoriser les évangélistes. Il se dit aussi pour la liberté de culte.

Par

Ahmed Raïssouni, ex-président du MUR. (Tniouni/TelQuel).

Que pensez-vous de la liberté de culte et de ses défenseurs ?

Ce sujet doit être abordé sous le double angle juridique et théologique. Au Maroc, rien n’interdit la liberté de culte ou de confession. Les chrétiens marocains s’expriment à visage découvert et les Bahaïs ou les athées font de même sans jamais être inquiétés. Partant de là, il n’y a pas lieu de créer un problème qui, légalement, n’existe pas. Ce qui n’est du tout pas le cas des textes de loi qui criminalisent l’ébranlement de la foi d’un musulman. Là, on parle de pressions exercées sur un musulman pour changer de confession. Généralement il s’agit de mineurs ou de personnes sous contraintes. Octroyer une bourse ou un visa à un musulman pour changer de religion tombe sous le coup du Code pénal.

Et d’un point de vue théologique ?

J’ai déjà écrit sur le sujet. En Islam, cela s’appelle la sanction appliquée aux apostats et qui est l’exécution. J’en ai conclu qu’il n’était pas question d’une affaire de confession, mais d’une position politique qui a trait à la sécurité quand c’est lié à des délits comme le meurtre, la trahison ou l’espionnage. Dans le Coran, on parle d’apostasie à quatre reprises et rien n’y indique qu’elle doit être sanctionnée ici-bas.

Mais la liberté de culte reste incomplète si on n’a pas de garanties pour l’exercer et c’est ce dont se plaignent, par exemple, les chrétiens marocains.

Ce sont des détails et je ne suis ni parlementaire, ni ministre de la Justice encore moins chef de gouvernement pour trancher. Quand vous octroyez un droit, le reste doit aller de soi. Cela ne me dérange aucunement que les chrétiens marocains édifient des églises et disposent de leurs propres cimetières. J’avais même appelé à réserver des cimetières spéciaux pour les athées qui ne désiraient pas être enterrés avec les musulmans. Mais, d’un autre côté, ces gens-là doivent avoir les moyens d’aller au bout de leurs revendications. Je m’explique : l’Etat ne construit pas de mosquées, mais recourt au waqf des musulmans. Les chrétiens doivent faire de même et trouver les moyens de financer la construction de leurs églises et l’ouverture de leurs propres cimetières.

à lire aussi

Pourquoi le Maroc interdit-il les évangélistes alors que l’Islam se propage, jour après jour, en Europe et en Amérique ?

L’évangélisation ne doit pas être interdite. Il faut agir par la réciprocité. Comme on nous permet de propager l’Islam en Europe, il faut permettre aux évangélistes de s’activer dans le monde musulman. Au risque de choquer, je dirais qu’autoriser l’évangélisation ne servirait pas les chrétiens. Actuellement, ils agissent dans le secret et se présentent comme étant des persécutés. Si leur action devenait publique, nous aurions la possibilité de réagir et les tentatives d’évangélisation deviendraient un flop. Les proches, la société et les institutions seraient plus efficaces face à des actions d’évangélisation publiques.

Et si les convertis au christianisme ou à une autre religion faisaient l’objet de violences ?

L’Etat a les moyens d’éviter un tel scénario. Et puis il y a le dialogue. Le plus important est la clarté. Certains croient qu’ouvrir la porte grande ouverte aux évangélistes signifierait une conversion massive des Marocains. C’est faux. Cela pourrait avoir l’effet contraire avec une société plus consciente et plus attachée à sa religion. De toutes les manières, j’en appelle à la fin de la clandestinité et au respect de la loi.

Passons à un autre sujet. Pourquoi soutenez-vous le Qatar contre l’Arabie Saoudite ?

Je ne soutiens pas le Qatar et je ne suis pas contre l’Arabie Saoudite. Je suis contre l’injustice et ceux qui se jouent des richesses de la Oumma et de son unité. Les Al Saoud répriment un peuple qui n’a plus de liberté, de dignité ou de sécurité.

Personne n’est en sécurité dans ce pays où des princes et des hommes d’affaires ont été injustement arrêtés. Ce pays dispose d’immenses richesses qu’il distribue aux ennemis de la Oumma : Israël et les Etats-Unis, en appauvrissant le peuple. Par la suite, l’Arabie Saoudite s’est mise à s’immiscer dans les affaires d’autres pays et à soutenir le despotisme, les coups d’Etat et la répression.

Et vous pensez quoi de la décision de Riyad d’expulser l’ambassadeur canadien sous prétexte d’immixtion dans ses affaires intérieures ?

L’Arabie Saoudite connaît l’ampleur de ses crimes contre la société et contre les droits civiques et politiques de ses habitants. Les pays occidentaux passent sous silence ces violations alors que le Canada a brisé le silence. Malheureusement, le Canada, même si sa position est plus qu’honorable, a pris position juste parce que deux personnes persécutées en Arabie Saoudite étaient titulaires de la nationalité canadienne. Riyad craint actuellement que d’autres pays suivent la même approche comme l’Australie et la Grande-Bretagne.

(Propos recueillis par Charki Lahrech)

 

article suivant

Machbous humain : une Marocaine arrêtée aux Emirats pour avoir cuisiné les restes de son petit-ami

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.