Abdenbi Jirari: il était une fois “Mawahib”

De 1967 à 1985, ce programme dominical faisait le bonheur des téléspectateurs de la RTM. Ils y découvraient de nouvelles têtes et de nouvelles voix devenues, depuis, des célébrités. Un divertissement constructif, mené sous la baguette d’un amoureux fou de la musique.

Par

Avec le temps, le plateau 
de “Mahawib” s'est ouvert à d'autres disciplines proches de la musique, à l'instar de la poésie, supervisée par Mehdi Zeriouh. Crédit: DR

Il était le parrain et l’éducateur, l’artiste pragmatique et le visionnaire. Sa carrière de plus d’un demi-siècle n’est quantifiable qu’en nombre d’années. Dedans, on y croise la rigueur, l’amour, l’accompagnement, le savoir-faire, l’intransigeance, l’épanouissement, la création, la transmission, la colère, l’apaisement, la vie. Abdenbi Jirari n’a été fait qu’en un seul exemplaire. Le qualificatif “précurseur” pour ce découvreur de talents ne lui collera jamais à la peau : il était unique. Lorsqu’on se réfère à l’armada d’artistes –chanteurs, musiciens et compositeurs – qu’il a mis sur orbite, on comprend mieux l’apport d’un fou qui avait le don de se délester de ses chaînes. Cela suscitait étonnement et incompréhension. Jirari a espéré, voulu et fait. Avec la classe et le prestige d’un inconditionnel du raffiné, il a été se promener là où personne ne s’était jamais aventuré : dans des champs…

article suivant

Chronique d’un confinement. Jour 23