A Tanger, le premier combat MMA du Maroc

Tanger va accueillir, le 18 août, le premier combat d'arts martiaux mixtes (MMA) jamais organisé au Maroc. 18 combattants professionnels sont attendus pour cet évènement inédit.

Par

Capture d'écran/ Brave Combat Federation

Le Maroc se prépare à accueillir son premier combat d’arts martiaux mixtes (MMA). L’évènement baptisé «Brave 14», prévu le 18 août prochain à Tanger, est organisé par la Brave Combat Federation (BCF). Basée au Bahreïn, l’organisation a été fondée en 2016 par le prince Khalid Bin Hamad Al Khalifa, cinquième enfant du roi Hamed Ben Issa Al Khalifa et «grand défenseur des sports de combat au Moyen-Orient».

«Le Maroc a accueilli de grands évènements sportifs et c’est une grande destination touristique. Août est un mois important pour le Maroc et la ville de Tanger en particulier, puisqu’elle va aussi accueillir le 12, la Supercoupe espagnole qui se jouera pour la première fois en dehors de l’Espagne», nous explique le président de la BCF, Mohammed Shahid.

Il s’agit du premier évènement organisé par la BCF en Afrique. «Brave Combat Federation est dirigée par la vision de Son Altesse Cheikh Khalid Bin Hamad Al Khalifa, lequel croit en la création d’un écosystème mondial pour les arts martiaux mixtes et estime que le continent africain y joue un rôle de premier plan», fait savoir le président de l’organisation. «Aucun autre pays que le Maroc n’est mieux placé pour démarrer nos initiatives sur le continent africain. C’est un pays qui partage une relation étroite avec le Moyen-Orient et l’Europe», souligne-t-il.

Ottman Azaitar dans la cage ?

La «carte» de l’évènement est prometteuse. «Nous avons prévu une énorme fightcard pour Tanger. Elle compte certains des meilleurs espoirs du monde entier, y compris Jeremy Kennedy, Danyel Pilo, Sidney Wheeler, Abdoul Abouraguimov, Sean Santella et bien d’autres», nous indique Mohammed Shahid. Selon lui, neuf combats ont d’ores et déjà été confirmés. Au total, 18 combattants représentant 11 pays sont attendus.

Sous contrat avec la BCF, Ottman Azaitar, frère d’Abu Bakr Azaitar, le premier Marocain à intégrer la prestigieuse ligue UFC, sera probablement présent. «Pour le moment, il n’a pas encore confirmé sa présence en raison de problèmes de santé. Mais quand vous savez que le premier évènement d’arts martiaux mixtes (de la BCF) du continent africain est organisé au Maroc, chaque fan de MMA et des frères Azaitar anticipera la présence d’Ottman. Sa carrière sans défaite (10 combats invaincus) et son titre de champion témoignent de la nécessité de sa présence sur la carte», ajoute Mohammed Shahid.

En attendant les dernières confirmations, les frères Azaitar, déjà reçus par Mohammed VI en avril dernier lors d’une cérémonie officielle, étaient à Tanger le 31 juillet alors que se tenaient, le même jour, les festivités organisées par le roi Mohammed VI dans le cadre des célébrations de la Fête du trône.

 

Always a pleasure to meet you my brothers ??❤️ #Family #Morocco #Brothers ??

A post shared by Ottman Azaitar (@ottmanazaitar) on

«Ottman Azaitar sera certainement à l’affiche. Il est à Tanger depuis quelques jours où il se prépare au combat qu’il disputera bientôt ici», croit savoir Ahmed El Youssfy, président de l’association Al Andalus et d’un club de MMA du même nom à Tanger. Pour lui, l’organisation d’un tel évènement au Maroc est une «très bonne chose nouvelle».

«Cela fait deux ou trois ans que ça a commencé à bouger dans le milieu des MMA au Maroc. Plusieurs salles spécialisées existent, notamment à Tanger, Casablanca, Marrakech et Agadir. L’évènement de la Brave Combat Federation est une source de motivation pour tous les jeunes qui pratiquent ce style de combat au Maroc. C’est aussi une porte d’entrée pour ceux qui veulent devenir professionnels et qui rêvent de rejoindre l’une des organisations internationales de MMA», ajoute Ahmed El Youssefy, déplorant toutefois l’absence de combattants marocains dans la compétition, hormis le germano-marocain Ottman Azaitar.

article suivant

Droits de douane, amnistie fiscale, paiement mobile : ce que prévoit le PLF rectificative 2020