Quand Marchica dessine la “carte postale” d’Abidjan

Voulu comme le symbole de la coopération ivoiro-marocaine, l’ambitieux projet de réaménagement de la baie de Cocody a été confié à l’entreprise publique Marchica. Visite de chantier.

Par

Baie de Cocody, février 2018. 
Des dizaines 
de camions et 
de tractopelles s’activent 
pour ériger les plateformes sur lesquelles seront plantés des pieux et des pontons flottants. Crédit: DR

Le thermomètre affiche 33°C. L’humidité avoisine les 90%. Et pourtant, le chauffeur de taxi remonte sa vitre. Au niveau du carrefour de l’Indénié, sous les fenêtres et le béton jaunâtre de l’ambassade du Maroc, l’odeur d’égout est insupportable. Une pelleteuse remue une vase noirâtre, mêlée aux eaux usées qui se déversent depuis les quartiers populaires en amont. Des centaines de bouteilles et de sacs en plastique flottent à la surface de cette masse stagnante. Notre conducteur peine à imaginer que d’ici deux ans et demi, le décor sera aussi futuriste que le promettent les panneaux métalliques masquant les travaux. L’idée de transformer ce dépotoir a germé en février 2014. Mohammed VI est alors en visite privée dans la capitale économique ivoirienne. Frappé par la pollution de la lagune entre le centre des affaires du Plateau et le quartier huppé de Cocody, le souverain propose au président Ouattara de mettre à disposition le savoir-faire marocain pour réaménager la zone. Un an plus tard, un accord-cadre est signé par les deux…

article suivant

[VIDÉO] Ouadih Dada passe “Au Tablier !” avec TelQuel