Le designer star Tom Dixon fait escale à Casablanca – Telquel.ma

Le designer star Tom Dixon fait escale à Casablanca

Figure incontestable du design international à qui l’on doit notamment la “S-Chair”, pièce iconique exposée au MoMa de New York et au Centre Georges Pompidou à Paris, Tom Dixon a fait une halte à Casablanca lors de sa tournée mondiale de 90 jours. Interview.

Par

Suspension Cut colori or, Tom Dixon.

Le designer hyper-créatif et mordu de métal présente en personne sa nouvelle collection, dont les luminaires brillent en vedette. Nous l’avons rencontré chez Clay Concept Store, distributeur exclusif de la marque au Maroc.

Le designer Tom Dixon.

TelQuel: Pourquoi avoir choisi le métal comme matériau fétiche ?

Tom Dixon: Je ne l’ai pas vraiment choisi. C’est avant tout un clin d’œil à la façon dont je suis devenu designer. A l’origine, j’ai appris la soudure pour réparer les voitures et les motos auxquelles je m’intéressais beaucoup. Très rapidement, j’ai développé une passion pour la fabrique des formes. C’est à travers la soudure que j’ai découvert la façon dont fonctionne le métal, et cela m’a conduit au design. Pour moi, c’était une surprise de devenir designer.

Lampe en suspension coniques en argent supérieur et filtres en miroir, Tom Dixon.

Vous êtes un créateur très polyvalent (collaboration avec Adidas, hôtel à Londres, première brasserie parisienne, monographie, dictionnaire…). Quel est votre prochain projet ?

J’ai d’abord appris à faire du mobilier, puis des luminaires, des accessoires et des intérieurs. La prochaine étape sera peut-être l’architecture ou le bâtiment. Après avoir fait la création d’intérieur, c’est intéressant de se challenger avec la création d’extérieur. Il y a une centaine de choses que je n’ai pas encore réalisées, comme l’électronique, le transport — qui m’intéresse beaucoup — ou, à une échelle encore plus grande, les tunnels et les ponts. L’avantage d’être designer, c’est la possibilité de toucher à une pluralité de domaines, de la macro à la micro-échelle – je pense notamment au bijou.

Suspension de onze lampes Melt Smoke, Tom Dixon.

Plus jeune, vous avez été musicien. Y a-t-il un autre art dans lequel vous souhaiteriez performer ?

La photographie m’intéresse beaucoup. Comme j’ai un restaurant à Londres, je souhaite aussi approfondir mes connaissances en cuisine. Ce qui m’interpelle, c’est le rapport entre la création culinaire et nos habitudes modernes de consommation des aliments. Côté peinture, j’aimerais bien apprendre à peindre à l’huile de façon plus sophistiquée. En somme, il y a une centaine de choses créatives qui m’attendent. Je pense que je suis plutôt au début de ma carrière (sourire).

Vous êtes né en Tunisie et avez passé votre enfance entre le Maroc et l’Égypte. Êtes-vous inspiré par le(s) design(s) maghrébin(s) ou arabe(s) ?

Je m’intéresse à l’architecture islamique, la géométrie, la façon si délicate qu’a la lumière de passer entre les formes, comme dans les moucharabiehs par exemple. Je pense qu’il y a des points communs avec mon travail.

Service à café Brew en cuivre, Tom Dixon.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans la façon dont on fabrique les choses, les formes (à la main ou avec les outils), tout le travail de main-d’œuvre, les techniques d’usine. J’ai moi-même commencé avec mon propre atelier, donc la visite à l’usine, parler avec les ingénieurs ou les artisans qui façonnent les objets, c’est toujours quelque chose qui me passionne et m’inspire énormément.

Quel élément de design rend une pièce spéciale ?

La lumière. C’est un élément qui transforme une atmosphère et que l’on peut manipuler au-delà de l’objet lampe. De plus en plus, les gens achètent une table ou un canapé pour une vingtaine d’années alors que la lumière est un élément modifiable à l’infini, se remarquant immédiatement. D’ailleurs, on peut en faire le constat lorsqu’on observe les gens assis au restaurant ou chez eux dans leur salon, le lustre est le héros de la pièce.

Suspension Cut colori or, Tom Dixon.

Si vous étiez une ville ?

Londres, sans hésitation. Ou plus exotique, Le Caire.

Un objet que vous aimeriez inventer ?

Ce serait quelque chose capable de sauver le monde, comme un système permettant de filtrer l’eau salée ou de produire de l’énergie abondante.

article suivant

Jettou décortique la gabegie du Plan d’urgence pour l’éducation

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.