"Le Cercle des patriotes" ouvre le bal des réflexions

Le Cercle des patriotes, nouveau think tank proche de Aziz Akhanouch, a lancé ses travaux lors d'une soirée le 12 juillet au Carré d'Or à Casablanca. En présence de personnalités politiques, économiques et issues de la société civile, cette première rencontre avait pour thème « le nouveau modèle de développement ».

Par

Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank, lors de la soirée de lancement du think tank "Le Cercle des Patriotes", le 12 juillet à Casablanca. Crédit: Capture Facebook Live / Le Cercle des Patriotes

Le Cercle des patriotes, think tank tout récemment créé, a officiellement démarré ses activités. Le 12 juillet, à Casablanca, lors d’une première rencontre au Carré d’Or le groupe a ouvert le bal de ses réflexions autour du thème « le nouveau modèle de développement ». Créé par deux proches d’Aziz Akhannouch, Ghali Fassi Fihri, cadre du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime et Ghassane Benchekroun, directeur financier au sein du pôle Gaz à Akwa Group, le think tank a rassemblé à l’occasion de son lancement plusieurs personnalités de la sphère économique, politique ainsi que des acteurs de la société civile pour prendre part à la réflexion.

« L’appellation que nous nous sommes choisie ne signifie nullement que nous détenons le monopole du patriotisme. Notre seule ambition est de réunir des Marocains qui veulent œuvrer ensemble à un avenir meilleur pour ce pays », a précisé Ghassane Benchekroun en ouverture. 

« Le pays a besoin que tous ses citoyens et ses composantes participent à la réflexion générale. Nous sommes un pays où les impulsions et les analyses qui le concernent viennent de l’extérieur. Et, il est bien que les groupes de réflexion comme de ce genre se constituent », a pour sa part plaidé au micro le PDG de CIH Bank, Ahmad Rahhou. 

Concernant la thématique de la soirée, ce dernier à également déclaré : « Le modèle de développement actuel – dont le diagnostic a été fait par le roi lors de son dernier discours – ne génère pas suffisamment de croissance, d’emploi. Surtout, la redistribution des richesses n’est pas forcément équitable ni équilibrée ».  

Parmi les invités également, Oumhani Djouli, directrice de Silver Food, groupe spécialiste de la conserverie de poissons. Elle a pour sa part abordé la problématique du système éducatif, qualifiant son état actuel de « frustrant pour les Marocains ». En la matière, elle a appelé à ce qu’il y ait une « définition de ce que nous voulons faire pour nous donner les moyens de le faire ».

Sur son site internet, le Cercle des Patriotes se définit comme un « think tank indépendant [qui] rassemble des dirigeants issus des secteurs public, privé et associatif et de l’ensemble des régions du Maroc ». Il ambitionne d’être un « cercle de réflexion qui a pour but de produire, de promouvoir et de diffuser des idées, des analyses et des propositions », avec en filigrane des valeurs comme le « patriotisme et l’identité plurielle », « l’éducation démocratique », « la stabilité et l’indépendance » ainsi que « le défi de l’environnement ».

Ces dirigeants se retrouvent autour d’un « comité scientifique, véritable conseil des sages […] dont le rôle consiste à orienter et accompagner les travaux des cercles de travail », que les membres sont invités à former.

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi