La FIFA inflige au Maroc la plus lourde amende

La FIFA inflige au Maroc la plus lourde amende

Avec le Mexique, la Russie, la Serbie et deux joueurs Suisses originaires du Kosovo, la Fédération royale marocaine de Football (FRMF) a écopé,  samedi 30 juin, d'une amende de la FIFA. C'est la plus lourde des quatre sanctions décidées par l'instance internationale en raison d'"incidents" survenus dans des matchs de ces quatre pays mondialistes. Explications.

Par

Le président de la FRMF Fouzi Lekjaâ, protestant contre les arbitres de Maroc - Espagne. Un procédé "interdit" selon la FIFA

La FIFA a infligé une amende au Maroc à cause des « incidents » survenus lors du troisième match de la phase de poules contre l’Espagne (2 – 2).

Le Bureau de presse de l’instance internationale a expliqué samedi 30 juin que la Fédération royale marocaine de football (FRMF) est condamnée à payer une amende de 65.000 francs suisses (prés de 620.000 DH), en raison de « plusieurs violations » du règlement interne de la Coupe du Monde.

Pour son dernier match contre l’Espagne, la fédération internationale dirigée par le suisso-italien Gianni Infantino reproche d’abord au Maroc l’entrée de six administrateurs marocains – dont le président de la FRMF Fouzi Lekjaâ – sur le rectangle vert après le coup de sifflet final.

Se dirigeant vers les arbitres dans le rond central, Fouzi Lekjaâ a vivement protesté contre l’absence de recours à la VAR au profit du 11 National et le recours systématique à cette technologie contestée par plusieurs observateurs, lorsque le doute planait sur une action des Espagnols. Une scène rappelant les koweïtis qui avaient vu descendre leur émir sur la pelouse lors du Mondial espagnol de 1982. Contestant une « erreur d’arbitrage » face à la France de Michel Hidalgo, la séquence du Cheikh Fahd Al Ahmad est restée dans les annales de la compétition.

Le président de la FRMF avait en outre déclaré à la fin du match que les Lions de l’Atlas ont souffert de l’injustice de l’arbitrage, ce qui aurait eu un impact significatif sur leur participation au Mondial, les a privés de défendre leurs chances de se qualifier pour le second tour comme les autres équipes du groupe, et a précipité leur élimination jugée « précoce » par de nombreux observateurs du ballon rond.

La Fédération marocaine est allée même jusqu’à envoyer une lettre de protestation à la FIFA, où elle lui rapporte cinq erreurs d’arbitrage enregistrées lors de ce match en défaveur de l’équipe nationale.

L’organisatrice des Coupes du monde depuis 1930 a taclé le Maroc pour « la présence de 13 personnes dans la zone technique (banc de touche, ndlr), au lieu de 11 » autorisées par les règlements stricts de la FIFA.

En dernier lieu, le comité disciplinaire de la FIFA a alourdi la sanction marocaine en raison du « comportement » de ses supporters durant cette même rencontre, notamment après l’égalisation très discutable des Espagnols dans le temps additionnel.

Le Kosovo s’invite au Mondial

La FRMF n’est pas la seule fédération à se voir infliger une telle sanction. Mais la somme qu’elle doit verser à l’instance siégeant à Zurich reste la plus élevée. La FIFA a en effet condamné la Serbie à une amende de 20.000 francs suisses à cause des « incidents » survenus lors de son match contre la Suisse, sur fonds de tension politique autour du conflit sur le Kosovo.

Deux joueurs suisses (Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri) sont originaires de cette province serbe majoritairement albanaise ayant déclaré son indépendance en 2008 et l’ont bien fait savoir en mimant l’aigle bicéphale du drapeau albanais pour fêter leur but. Ce qui a provoqué l’ire des supporters serbes.

La FIFA a en outre condamné ces deux joueurs à une amende de 10.000 francs suisses pour « provocation du public » et a ouvert des procédures disciplinaires contre eux. En réaction, les Albanais, Premier ministre en tête, ont lancé une collecte de fonds afin régler ladite somme.

Pays hôte, la Russie complète le tableau des pays sanctionnés par la FIFA (10.000 francs suisses) aux cotés du Mexique (15.000 francs suisses

article suivant

#Çavasaigner : La précarité menstruelle est aussi une problématique marocaine

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.