Boycott. Très chère sardine...

Premier producteur et exportateur mondial, le Maroc voit le prix de sa sardine flamber chaque mois de ramadan. Une situation qui a poussé les internautes 
à appeler à un nouveau boycott.

Par

La cherté 
des sardines s’explique par 
la présence 
de nombreux intermédiaires entre les mareyeurs et 
le consommateur final. Crédit: AFP PHOTO / ABDELHAK SENNA

Le 22 mai, la sardine a été ajoutée à la liste des trois marques de consommation courante déjà boycottées. Des hashtags “Laisse-le pourrir” et “Laisse-le nager” ont ainsi émergé des réseaux sociaux, faisant écho à une campagne dénonçant “l’augmentation du prix” d’un poisson très prisé durant le mois sacré, où la consommation de sardines est multipliée par 10. Pour les boycotteurs, “il est inconcevable que le kilo se vende à 20DH dans un pays qui jouit de plus de 3500 km de littoral”. Un seuil psychologique a été atteint. Il a même été dépassé dans certaines villes. L’appel à boycotter s’appuie sur le talon d’Achille de la filière : la sardine ne peut être stockée longtemps. “Les intermédiaires ne spéculeront plus, laissant les marins et les poissonniers négocier seuls, directement entre eux”, peut-on lire sur l’une des pages Facebook. Le présage d’une baisse des prix par la simple et mécanique loi de l’offre et de la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer