Ce que gagnent les intermédiaires sur le prix de la sardine

Ce que gagnent les intermédiaires sur le prix de la sardine

La hausse des prix de la sardine est à imputer à la multiplication des intermédiaires entre les vendeurs en gros et ceux au détail, selon un rapport remis le 23 mai au ministère de l'Agriculture et de la Pêche.

Par

Le prix moyen du kilogramme a enregistré une récente hausse de 3 %

Alors que la campagne de boycott de plusieurs produits de consommation bat son plein, et que des voix s’élèvent pour dénoncer la hausse « record»des prix du poisson en ce début de mois de ramadan, TelQuel Arabi apprend de bonne source que le ministère de l’Agriculture et de la Pêche a reçu dans la matinée du mercredi 23 mai des rapports en provenance des différents ports du Royaume. Ces derniers détaillent les prix de vente en gros, en particulier ceux de la sardine, produit très convoité par les consommateurs marocains.

Lire aussi : « Laisse-le pourrir », le nouveau hashtag qui s’attaque à la hausse du prix du poisson

Selon la même source, le prix moyen du kilogramme a enregistré une récente hausse de 3 %. Pourtant, l’offre a augmenté de 41 % au niveau du marché des grossistes de Casablanca. « Lors du mois de ramadan, la spéculation est responsable de l’inflation, mais il faut garder à l’esprit que cette hausse des prix ne concerne qu’une partie des marchés », observe notre source.

Au 22 mai, il a été observé que la sardine de petite taille (l’espèce la plus prisée des consommateurs marocains), pêchée entre Casablanca et Safi, se vendait à 180 dirhams la caisse de 25 kilos dans les marchés en gros, soit 7,2 dirhams le kilo. Son prix au détail, lui, fluctue entre 10 et 25 dirhams dans différents marchés du Royaume.

Ce qui signifie que la marge de bénéfice des vendeurs de poissons peut s’élever jusqu’à 18 dirhams. L’autre type de sardine, pêchée entre Agadir et Laâyoune, s’écoule à la vente en gros à des prix variant entre 80 et 140 dirhams la caisse de 25 kilos (soit entre 1,5 et 5,6 dirhams le kilo).

« Le rôle du ministère est de ravitailler les marchés en marchandise, de contrôler la qualité de celle-ci et de protéger les ressources maritimes, son rôle s’arrête au moment où la marchandise arrive au marché de gros », rappelle notre source. « Le ministère n’est pas autorisé légalement à intervenir sur les prix de vente », poursuit notre interlocuteur.

Ces hausses significatives de prix seraient quant à elles dues « à la multiplication des intermédiaires et des vendeurs au détail dans les marchés, qui eux, sont encadrés par les collectivités locales », conclut notre source.

article suivant

Les petits arrangements de Salaheddine Mezouar avec les statuts de la CGEM

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.