Chronique d’un sacre tangérois

Le 12 mai, l’Ittihad Riyadi de Tanger a goûté aux plaisirs de la suprématie nationale en remportant la Botola pour la première fois de son histoire. Ambiance.

Par

Dès le coup d’envoi, à 19h, les supporters venus en masse reprennent 
en chœur 
les chants et slogans de Tanger, accompagnant leur équipe jusqu’à 
la victoire. Crédit: YASSINE TOUMI/TELQUEL

Vamos IRT, Vamos a la Primera”, scandaient les supporters en 2015, quand leur club, l’Ittihad Riyadi de Tanger, disputait sa montée en première division. Trois ans après leur retour en D1, les Tangérois ont changé d’ambition. Ce 12 mai, ils réclament la Botola, leur tout premier titre en 35 ans d’existence. A Tanger, tout tourne autour du match opposant les locaux au Moghreb Athlétic de Tétouan (MAT), dans le cadre de la 29e et avant-dernière journée du Championnat. “Merbouha, inchallah !” (gagnée), nous lance tout de go le taximan qui nous emmène vers le stade. “Je suis né en 1983, la même année que l’Ittihad. Le Championnat, c’est le meilleur cadeau qu’on puisse m’offrir pour fêter mes 35 bougies”, poursuit-il, les yeux brillant d’optimisme.

Azul y blanco

Arrivés à destination, nous longeons les murs du grand stade Ibn Batouta. Il reste encore 4 heures avant le coup d’envoi, mais déjà une longue file indienne se dresse à…

article suivant

Au large de Dakhla, l’israélien Ratio Petroleum Energy cherche du pétrole et du gaz