CGEM: les programmes des deux candidats face à face

A la veille de l'élection du prochain président de la CGEM, TelQuel compare les programmes des binômes Marrakchi/Benhida et Mezouar/Mekouar, en lice pour le scrutin du 22 mai. Beaucoup de points communs entre les deux programmes, notamment concernant la réforme de la fiscalité, le Code du travail et l'encouragement de la PME.

Par

C’est demain 22 mai que l’on connaîtra le successeur de Miriem Bensalah-Chaqroun à la tête de la CGEM. Depuis la publication de leur programme intitulé « Libérer l’entreprise » le 24 avril, le duo Marrakchi/Benhida a multiplié les sorties médiatiques et les rencontres avec les antennes régionales de l’organisation patronale. Leurs concurrents, le binôme Mezouar/Merkouar, ont préféré, quant-à-eux, faire une tournée de consultations avec les bureaux régionaux de la CGEM et les responsables des fédérations sectorielles avant d’établir leur programme. C’est désormais chose faite. Dévoilé le 15 mai à Casablanca, le programme portant le nom  « Un élan pour tous » préconise un traitement de choc pour l’économie marocaine.

La réforme du dispositif fiscal est une priorité pour les deux candidatures. Si le duo Marrakchi/Benhida veut une fiscalité adaptée à l’économie réelle, le binôme Mezouar/Mekouar s’est fixé comme objectif de supprimer la TVA sur les biens d’équipement, une mesure qui permettrait selon eux de redinamyser l’investissement des entreprises. Les deux candidats comptent aussi améliorer et fluidifier les délais de paiements.

Les deux candidats se rejoignent sur « l’urgence de réformer le Code du travail« . Si l’objectif du binôme Marrakchi/Benhida est d’adapter la législation à un monde de plus en plus complexe, volatile, incertain et ambiguë, le duo Mezouar/Mekouar cherche quant-à-lui à réformer le Code pour mettre en place la « flexisécurité ». La « flexisécurité » étant un dispositif qui donne plus de facilité aux employeurs pour licencier des employés qui, eux, bénéficieront d’indemnités sur une plus longue durée et plus importantes avant de retrouver un emploi.

Pour encourager les PME, Marrakchi/Benhida veulent s’appuyer sur la puissance de nos grands groupes pour créer un véritable « Small Business Act », en référence à une loi américaine adoptée 1953, et qui réserve certains marchés publics aux PME.

Marrakchi/Benhida Mezouar/Mekouar 
Fiscalité – Fiscalité adaptée à l’économie réelle – Exonération de la TVA sur les biens d’équipement

– Réforme de la fiscalité locale ainsi qu’une révision du mécanisme de calcul de la taxe professionnelle

Emploi – Adapter le code du travail au monde VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity et Ambiguity)
– Baisse du coût du travail
– Code du travail sur le modèle de « fléxisécurité »

– Adoption de la loi sur la grève

PME/PMI – Capitaliser sur la puissance de nos grands groupes pour créer un véritable « Small Business Act » très opérationnel

– Transformer la commande publique en levier de développement au profit des PME et TPE

– Création d’un fonds de garantie pour le Besoin en Fonds de Roulement des PME.
– Crédit d’impôt « Digitalisation des entreprises « 
Innovation – Création d’un guichet « GoAhead » pour accompagner les start-up dans leurs projets.
– Faire de la promotion de l’entreprise et de l’entrepreneur un enjeu clé en créant des pépinières d’entreprises dans chaque région CGEM
– Adoption d’un « Start-up Business Act »

– Cadre incitatif pour l’Entreprenariat Numérique

– Développer l’intelligence économique et artificielle

Encourager les investissements en Afrique – Création de CAP Business Africa, un service destiné aux opérateurs qui souhaitent investir et se développer en Afrique
– Organiser des missions sectorielles en Afrique au profit des membres de la CGEM avec assistance et suivi des projets
– Création d’un club des investisseurs Afrique et meilleure intégration au patronat africain
Autres – Mettre en place un guichet « Transmission des entreprises » pour les opérateurs qui souhaitent être accompagnés dans cette démarche – Contrôle des importations sauvages

Par Soufiane Chahid

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles