Cristiano Ronaldo propose 14 millions d'euros pour contenter le fisc espagnol

L'attaquant-vedette du Real Madrid Cristiano Ronaldo a proposé de verser 14 millions d’euros, ainsi que se déclarer coupable de plusieurs délits fiscaux, afin de trouver un accord avec les autorités espagnoles, selon une information publiée le 18 mai par la presse espagnole et confirmée par l'AFP.

Par

L'attaquant du Real Madrid Cristiano Ronaldo. Crédit: AFP

Cristiano Ronaldo propose au Trésor public de payer 14 millions d’euros et de se déclarer coupable des quatre délits fiscaux dont il est accusé, a écrit vendredi le journal El Mundo. Interrogée par l’AFP, une source proche du dossier a confirmé la teneur de cette information, en précisant que des négociations étaient en cours, mais qu’aucun accord n’avait été conclu à ce stade.

D’après le média ibère, il s’agit d’une « proposition formelle » adressée au fisc dans le but de « clore le dossier » et d’éviter un éventuel procès. Alors qu’il rejetait jusqu’à présent toute culpabilité, le joueur serait désormais prêt à « assumer sa responsabilité pénale », à condition que ce paiement comprenne à la fois le montant de la fraude et l’amende correspondante.

Le parquet de Madrid, qui a initié l’affaire en déposant plainte le 13 juin 2017, soupçonne Ronaldo d’avoir utilisé un montage de sociétés basées à l’étranger – aux îles Vierges britanniques et en Irlande, où les taux d’imposition sont très bas – pour éviter de payer ses impôts en Espagne sur ses « droits à l’image ».

Le parquet reproche à l’attaquant portugais d’avoir déclaré tardivement, en 2014, 11,5 millions d’euros de revenus d’origine espagnole, pour la période 2011-2014, alors qu’ils s’élevaient en fait à 43 millions. S’y ajoutent 28,4 millions d’euros, qu’il aurait cachés au fisc pour la période 2015-2020. Un total, donc, de 14,7 millions d’euros d’ardoise fiscale impayée. Les avocats de « CR7 » ont pour leur part allégué une simple différence d’interprétation sur la part de revenus taxables en Espagne.

Si Ronaldo était jugé et condamné, il risquerait « une amende d’au moins 28 millions d’euros » et une peine allant jusqu’à trois ans et demi de prison, selon le syndicat des experts du ministère des Finances, Gestha.

Son grand rival au FC Barcelone, l’Argentin Lionel Messi, a pour sa part été condamné en 2016 pour fraude fiscale, avec une amende de deux millions d’euros et une peine de 21 mois d’incarcération. Cette dernière a été commuée en une amende supplémentaire de 252.000 euros: 400 euros par jour de prison.

article suivant

Pandémie : le pass de toutes les surenchères