Violences sexuelles sur des saisonnières de Huelva: “Aucun cas” constaté par le ministère du Travail

Pour le département de Mohamed Yatim, les travailleuses saisonnières marocaines de Huelva n'ont été victimes d'“aucun abus ou harcèlement” sexuel, contrairement à ce qui a été révélé fin avril par une enquête de Buzzfeed News.

Par

Comme prévu, une délégation maroco-espagnole s’est rendue les 10 et 11 mai derniers à Huelva, dans le sud-ouest de l’Espagne, pour « s’enquérir des conditions de travail et de séjour » des travailleuses saisonnières marocaines. Selon le ministère du Travail et de l’insertion professionnelle, « aucun cas » d’abus ou de harcèlement sexuel n’a été constaté sur place, a fait savoir le département de Mohamed Yatim dans un communiqué diffusé le 18 mai.

« Concernant les abus et harcèlement soulevés par les médias et sites électroniques: Aucun cas n’a été constaté après avoir communiqué avec les travailleuses marocaines (…) Aucune plainte n’a non plus été enregistrée auprès des autorités espagnoles, sachant que la délégation marocaine a été reçue par la représentante du gouvernement de la province de Huelva« , poursuit le ministère.

Aussi, « aucune plainte » n’a été reçue dans ce sens par le consulat marocain à Séville qui a affirmé être « prêt à suivre le traitement de toute irrégularité avec les autorités espagnoles« .

La visite de la délégation maroco-espagnole à Huelva intervient une dizaine de jours après la publication d’une enquête réalisée sur place par le site d’information américain Buzzfeed News et le média allemand Correctiv. Selon cette dernière, une douzaine de travailleuses saisonnières marocaines auraient été violées ou agressées sexuellement dans des exploitations de fraise et de tomate de la région de Huelva.

Confusion au ministère ?

« Si je ne faisais pas ce qu’il me demandait de faire, il me tuerait« , a témoigné l’une d’elles, Kalima, dont le nom a été changé pour garantir son anonymat, et qui affirme avoir été violée à plusieurs reprises par l’un de ses superviseurs. Selon Buzzfeed, elle aurait fait l’objet de menaces après avoir dénoncé son agresseur auprès des autorités locales. Elle aurait même perdu son emploi et serait rentrée depuis au Maroc.

Le ministère du Travail avait alors réagi une première fois, dans une mise au point publiée le 9 mai dernier, appelant à la « vigilance à l’égard des vidéos circulant sur le net« . Une réaction qui s’est  faite dans la « précipitation« , selon Yabiladi.com.

En effet, pour le ministère, les vidéos publiées dans le cadre de l’enquête de Buzzfeed « présentent des champs de culture de tomates » et non pas de fraises. « Afin de donner les éclaircissements nécessaires à l’opinion publique, le ministère informe (…) que les vidéos qui circulent sur certains sites présentent des champs de culture de tomates et mettent en évidence des événements qui auraient pu survenir entre mars et avril 2017« , expliquait le ministère dans sa mise au point.

Selon Yabiladi, le ministère faisait en fait référence à une vidéo de Chouf TV.

« En outre, l’une des plaignante âgée de 25 ans, qui selon sa déclaration, aurait commencé son emploi dans les exploitations agricoles espagnoles quand elle avait à priori l’âge de 15 ans compte tenu du fait que la dernière opération de sélection des ouvrières répétitrices a eu lieu en 2009« , poursuit le communiqué. Le ministère avait alors précisé que les travailleuses saisonnières sélectionnées pour travailler dans les exploitations espagnoles avaient entre 18 et 45 ans au moment de leur sélection afin de respecter « les termes et les conditions de sélection (…) appliquées par l’Agence nationale de la promotion de l’emploi et des compétences« .

15.134 saisonnières marocaines

Aujourd’hui, selon le ministère, le nombre des travailleuses marocaines parties pour la campagne de cueillette des fruits rouges a atteint cette année un « chiffre record ». Jusqu’au 8 mai 2018, 15.134 saisonnières marocaines ont quitté le territoire pour travailler dans la région de Huelva.

Leur temps de travail ne dépasserait pas les 39 heures par semaine, avec possibilité de faire jusqu’à 9 heures de travail supplémentaires par semaine. Pour ce qui est de leur rémunération, elle est de 37 euros (environ 400 dirhams) par jour.

à lire aussi

Par Ghita Ismaili

article suivant

3 juillet, 18h : 319 nouveaux cas en 24 heures, 13.288 au total