Botola: trois choses à retenir du sacre tangérois

Que faut-il retenir du sacre de l'Ittihad Riyadi de Tanger (IRT), le club qui a remporté, il y a tout juste une semaine, la première Botola de son histoire ?

Par

Pendant 90 minutes, les supporteurs tangérois n'ont cessé de supporteur leur club de coeur. Crédit: Yassine Toumi /TELQUEL

Samedi 12 mai, l’Ittihad Riyadi de Tanger (IRT) a goûté aux joies de la suprématie nationale. A une journée de la fin du Championnat, le club a profité du match nul concédé par son dauphin – et tenant du titre – le Wydad Athletic Club de Casablanca (1-1 à Safi), pour s’octroyer, 35 ans après sa création, son premier titre. A l’issue d’une victoire contre leur voisin du Moghreb Athlétic de Tétouan (MAT), les hommes de Driss Lamrabet totalisent 52 points, soit 4 longueurs devant leur premier poursuivant. Ce qui rend les Bleus, à une journée de la fin, mathématiquement irrattrapables. Voici trois choses à retenir du premier sacre de la Ville du détroit.

« Tangérois, ma tête haute »

A la 65e minute, les supporters tangérois assure un spectacle pyrotechnique pour motiver les joueurs. Crédit : Yassine Toumi

A la 65e minute, les supporters tangérois ont assuré un véritable spectacle pyrotechnique pour motiver les joueurs. Crédit : Yassine Toumi

L’IRT doit le titre à son 12e homme. A chaque match à domicile, le Chevalier du détroit pouvait compter sur 45.000 spectateurs – ce qui était déjà le cas lorsqu’il disputait sa montée en D1. Toute la ville était unie pour un seul objectif : la Botola. Ce 12 mai encore, au Stade Ibn Battouta, les supporters, guidés par les Ultra Hercules, ont répondu présents pour soutenir leur club de cœur. En décrochant son premier titre de Botola Maroc Télécom D1 de football, l’IRT a étanché la soif de son public. Une joie qui a résonné jusqu’au bout de la nuit dans les rues de la ville.

Même si les Ultras Hercules 07 scandent "Ma mâana hta chica", (il n'y a avec nous aucune fille en curva, ndlr), des centaines de femmes se sont déplacées pour supporter l'IRT. Crédit : Yassine Toumi.

Même si les Ultras Hercules 07 scandent « Ma mâana hta chica« , (il n’y a aucune fille avec nous en curva, ndlr), des centaines de femmes se sont déplacées pour supporter l’IRT, ce 12 mai. Crédit : Yassine Toumi.

Driss Lamrabet, le samaritain

En engageant Badou Zaki, en mai 2017, le club ne comptait pas seulement assurer son maintien en D1. Selon le journaliste sportif Najib Salmi, l’IRT « affichait clairement ses ambitions. On recrute Zaki pour remporter le titre. » Après seulement 8 journées de Championnat, le maigre bilan (une victoire, 5 nuls, 2 défaites) a poussé le club du détroit à se séparer de son entraineur, pourtant arrivé en grande pompe en provenance d’Algérie. Son adjoint, Driss Lamrabet, lui succède.

L'entraîneur de l'IRT, Driss Mrabet, porté par les supporter après le sacre. Crédit Photo : Yassine Toumi.

L’entraîneur de l’IRT, Driss Mrabet, en larmes, porté par les fans après le match. Crédit Photo : Yassine Toumi.

Grâce à cet enfant du club, l’IRT a réussi une série de 12 matchs sans défaite, dont 9 victoires consécutives. Des résultats qui ont placé l’IRT dans le peloton de tête, et fait de lui un sérieux prétendant au titre.  « Il est très proche des joueurs, même en dehors du terrain. A la mi-temps du match,  c’est son discours sensible, émotionnel et énergétique qui nous a permis de prendre notre destin en mains et remporter le titre », nous confie Oussam El Gharib, capitaine de l’équipe.

La renaissance de Mehdi Naghmi

C’est la résurrection pour Mehdi Naghmi. Après un été très agité, l’attaquant remporte le championnat, et ce dès sa première saison dans le club du nord. Capitaine et ténor du vestiaire, Naghmi a quitté l’AS FAR dans des circonstances obscures. En demandant son transfert, le joueur a été contraint de s’entraîner avec l’équipe réserve, et de renoncer à des salaires impayés, des dédommagements et autres primes. Avec l’IRT, il délivre 4 passes décisives et inscrit 13 buts. Ce qui le propulse à la deuxième place du classement des buteurs, derrière l’attaquant du Raja Mouhcine Iajour.

Mehdi Naghmi est actuellement le deuxième buteur de la Botola. Crédit : Yassine Toumi

Mehdi Naghmi est actuellement le deuxième buteur de Botola. Crédit : Yassine ToumiCrédit: Toumi/telquel

article suivant

Produits alimentaires : 768 infractions relevées en matière de prix et de qualité en mars